Mercredi, 15 Août, 2018

G7. Macron et Trudeau le critiquent, Trump réplique

Le sommet du G7 pourrait échouer! Macron et Trump en froid après un appel téléphonique "terrible"
Manon Joubert | 09 Juin, 2018, 03:01

"Hâte de les voir demain", écrit Donald Trump, fidèle à son obsession pour les déficits commerciaux, qu'il décrit comme des pertes directes pour l'économie américaine.

Leur rencontre en tête-à-tête à La Malbaie sera scrutée, en particulier leur langage corporel, après les effusions et assauts d'amabilité de leur dernière entrevue à Washington en avril. Ce lundi, l'Élysée a de son côté reconnu que " les négociations seront compliquées par la position américaine " sur ce sujet commercial. "Peut-être que ça lui est égal aujourd'hui, au président américain, d'être isolé, mais nous ça nous est aussi égal d'être à six", a ainsi soutenu le chef d'Etat lors d'une conférence de presse au parlement à Ottawa, aux côtés du Premier ministre canadien, Justin Trudeau. "Des propos tenus le jour même par le président français qui qualifiait la décision américaine de relever les tarifs douaniers imposés à l'Europe de " pas seulement illégale " mais une " erreur " qui nécessiterait une riposte " ferme et proportionnée ".

Le Canada et la France, tout en souhaitant "tenir les États-Unis dans le concert des nations", sont prêts à envisager la suite sans Washington, a averti le président français. "La volonté de signer un texte à 7 ne doit pas être plus forte que le contenu de ce texte". "Je suis d'accord avec le président Trump: la Russie devrait revenir dans le G8".

Pourtant, malgré ces passes d'armes publiques, qui montrent à leurs opinions publiques leur fermeté de principe, MM. En trois tweets publiés dans la nuit (heure de Paris), le président américain a haussé le ton avant le début du sommet du G7 à La Malbaie, sur les rives du Saint-Laurent, au Canada.

Même le plus discret Japon, dont le Premier ministre Shinzo Abe se trouvait jeudi à la Maison Blanche, est affecté par les taxes sur l'acier et l'aluminium étrangers imposées par Donald Trump. Comme cet entretien téléphonique entre les deux hommes le 31 mai dernier.

Mais Donald Trump est en réalité plus focalisé sur son sommet avec Kim Jong Un le 12 juin. "C'est de l'intérêt de tous", a tweeté Giuseppe Conte, dont c'est la première réunion internationale. "Il n'y a rien qui change" entre nous. "Trump a pris des engagements de campagne, il est prévisible, il fait ce qu'il a dit", ajoute-t-il, affirmant ne pas être désorienté par cette attitude mais que ce rendez-vous diplomatique est "un moment de tensions".