Samedi, 26 Mai, 2018

Nucléaire: l'Iran réclame des garanties pour rester

En direct: Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien                         En savoir plus En direct: Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien En savoir plus
Manon Joubert | 10 Mai, 2018, 05:10

Donald Trump a annoncé le rétablissement des sanctions levées en contrepartie de l'engagement pris par la République islamique de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

En parallèle de la sortie des Etats-Unis, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé mercredi que l'Iran remplissait ses "engagements en matière de nucléaire" conformément à l'accord signé avec les grandes puissances.

Après le retrait fracassant des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien mardi, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont montés en première ligne dès mardi.

Leurs ministres des Affaires étrangères " se rencontreront pour engager sans délai des discussions dans cette perspective", ajoute-t-elle. Entré officiellement en politique à la veille de l'annonce de l'accord sur le nucléaire iranien, en 2015, il n'a cessé de le décrire comme le " pire " jamais négocié par les Etats-Unis, plaidant sans relâche pour sa remise en cause.

Donald Trump en décembre 2017.

C'est "une grave erreur", a aussitôt réagi son prédécesseur démocrate Barack Obama, sortant de sa réserve avec un ton particulièrement ferme pour défendre le texte conclu sous son administration et mis selon lui "en danger" par son successeur républicain. Le conseiller à la Sécurité nationale, John Bolton, a affirmé que la décision signée par le Président rétablit immédiatement les sanctions qui existaient avant l'accord, soulignant que dès à présent, personne ne devrait signer de nouveaux contrats avec l'Iran. "L'attitude de soumission d'Emmanuel Macron lors de sa visite est encore plus indécente", a renchéri le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan tandis que le porte-parole du FN Sébastien Chenu estimait que "la visite de Macron aux Etats-Unis n'a servi à rien dans le dossier du nucléaire iranien".

Pour Khaled el-Mountasser, chercheur et professeur libyen spécialiste des relations internationales, le retrait de Washington de l'accord sur le programme nucléaire iranien est une décision irréfléchie qui menace la région. "Si nous atteignons les objectifs de l'accord en coopération avec les autres parties prenantes de cet accord, il restera en vigueur" a déclaré le président iranien Hassan Rohani.

"Dans les circonstances actuelles, l'Europe a une occasion très limitée de préserver l'accord nucléaire et les Européens doivent, aussi vite que possible, clarifier leur position et spécifier et annoncer leurs intentions au sujet de leurs obligations", a-t-il dit.

"Nous sommes à un moment historique pour l'Europe (qui) est en charge de garantir cet ordre multilatéral que nous avons créé à la fin de la Deuxième Guerre mondiale et qui est parfois aujourd'hui bousculé", a estimé Emmanuel Macron dans une interview à la télévision publique allemande, qualifiant "d'erreur " la décision de son Donald Trump.