Samedi, 23 Juin, 2018

Manifestations contre Macron: 250 000 participants en France | JDM

Le 5 mai à Paris durant la Fête à Macron Le 5 mai à Paris durant la Fête à Macron
Napoleon Lievremont | 27 Mai, 2018, 08:22

"Pour la première fois, vous avez une manifestation un samedi avec un décloisonnement des organisations syndicales, associatives et politiques", se félicite-t-elle, ravie d'avoir observé une "diversité des pancartes, des slogans et des colères", qui allait du compteur Linky à la loi Elan en passant par la sortie du nucléaire. Et lors de la manifestation du 22 mai à l'appel de neuf syndicats de fonctionnaires, Occurrence n'avait comptabilisé que 16.400 personnes à Paris.

Ils étaient quelques 1500 manifestants selon les organisateurs à manifester aujourd'hui dans les rues du centre ville d'Angers. Nous nous en tiendrons donc à la " vieille " méthode et à ses traditionnels écarts... Les manifestants ont défilé à l'appel d'une soixantaine de syndicats (CGT, Solidaires, Sud PTT, Unef.), partis politiques (La France insoumise, PCF, EELV, Générations, NPA.) et associations. Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler au départ de la gare de l'Est en direction de la place de la Bastille, 80.000 selon la CGT contre 21.000 selon la préfecture de police. 800 personnes ont participé au défilé.

La CGT et La France Insoumise (LFI), appellent ensemble à manifester samedi.

L'objectif, cette fois-ci: reprendre le point concédé au pouvoir par Jean-Luc Mélenchon lui-même après l'échec de la mobilisation en ordre dispersé contre la réforme du Code du travail. "Ne comptez que sur vous, il n'y aura pas de sauveur suprême", a lancé le chef de file Insoumis et député des Bouches-du-Rhône. L'inscription se réfère à l'accident survenu à Notre-Dame-des-Landes cette semaine, dans lequel un manifestant a perdu sa main en ramassant une grenade des forces de l'ordre.

A Nantes aussi, des incidents ont éclaté quand la tête du cortège, une centaine de militants anticapitalistes vêtus de noir, est passée devant la préfecture. "J'écoute les gens en permanence" mais "ça ne veut pas dire être la girouette de l'opinion publique et donc j'assume de ne pas présider à la lumière des sondages ou des manifestations parce qu'on l'a trop fait", a ajouté le président, assurant "ceux qui veulent manifester pour bloquer le pays" "ne le bloqueront pas".