Mercredi, 17 Octobre, 2018

Mahathir, 92 ans, s'attend à être investi Premier ministre — Malaisie

Malaisie : Mahathir Mohamad confiant dans une victoire aux législatives En Malaisie, le parti au pouvoir tente de sauver sa place
Manon Joubert | 11 Mai, 2018, 00:58

Depuis 2015, le Premier ministre, Najib Razak, 64 ans, qui dirigeait la coalition pro-gouvernementale Barisan Nasional (Front national, BN) est au cœur d'allégations de corruption qui font l'objet d'enquêtes dans plusieurs pays, notamment en Suisse, à Singapour et aux États-Unis.

Mahathir Mohamad, jeudi à Petaling Jaya, en Malaisie. Pour Elsa Lafaye de Micheaux, spécialiste de la Malaisie et maître de conférences à l'université de Rennes 2, c'est " une grande page qui va s'ouvrir, une page nouvelle de l'histoire de la Malaisie ".

L'ancien dirigeant autoritaire malaisien Mahathir Mohamad, 92 ans, s'est déclaré confiant mercredi soir dans une victoire aux législatives, à la lumière de décomptes non-officiels mettant en évidence une nette progression de son alliance d'opposition, face à la coalition du Premier ministre Najib Razak, englué dans un scandale financier.

Mais le retour surprise sur le devant de la scène de Mahathir Mohamad, qui est resté Premier ministre pendant 22 ans (1981-2003) et crédité pour avoir développé ce pays relativement prospère, a bouleversé le paysage politique du pays.

Dès que la victoire de l'opposition s'est confirmée, les partisans de Mahathir Mohamad se sont répandus dans les rues pour manifester leur joie, en agitant des drapeaux à leurs couleurs. Le scrutin s'annonce serré dans la mesure où la coalition d'opposition dirigée par Mahathir a gagné du terrain ces dernières semaines.

Pour remporter les élections, une majorité simple au Parlement suffit.

" Quand les gouvernements réalisent qu'ils peuvent être remplacés, ils se montrent attentifs aux citoyens ", a déclaré le quadragénaire issu de la minorité chinoise, qui soutient traditionnellement l'opposition.

C'est une victoire historique de l'opposition lors des législatives en Malaisie.

Nombre d'électeurs malais, mécontents de l'augmentation du coût de la vie et de la corruption, abandonnent l'Organisation unifiée malaise (UMNO), parti de Najib majoritaire au sein de la coalition gouvernementale, à l'image d'Abdul Moktar Awalluddin, entrepreneur dans la petite ville de Kuala Pilah (centre).

Najib Razak est sous pression.

Mahathir Mohamad a promis de le faire traduire en justice pour répondre des accusations de détournements au détriment du fonds souverain 1MDB, créé par Najib Razak à son arrivée au pouvoir en 2009 et aujourd'hui endetté à hauteur de 10 milliards d'euros.

Mais le BN de Najib a une solide emprise sur le pouvoir, et le redécoupage électoral effectué peu avant les élections favorise les formations du gouvernement, critiquent des opposants et représentants de la société civile.