Mercredi, 15 Août, 2018

Les États-Unis surtaxent l'acier et l'aluminium importés

Fin du sursis ? Washington sur le point d'imposer à l'UE ses nouvelles taxes sur l'acier Acier et aluminium : Donald Trump sur le point de déclarer une guerre commerciale à l'Europe
Napoleon Lievremont | 31 Mai, 2018, 23:24

Quant à la décision de ne plus exempter le Canada et le Mexique, elle a été prise car Washington a jugé que la renégociation de l'Alena (Accord de libre-échange nord-américain) traînait trop en longueur.

L'Union européenne est convaincue que ces taxes unilatérales américaines sont injustes et qu'elles contreviennent aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les Etats-Unis ont mis leurs menaces à exécution et vont frapper les importations d'acier et d'aluminium depuis l'Europe, le Canada et le Mexique de droits de douane atteignant 25% pour l'acier et 10% pour l'aluminium.

Peu après l'annonce de Washington, qui était pressentie ces derniers jours même si certains Européens espéraient encore l'imposition de quotas à l'exportation plutôt que des tarifs douaniers, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré à Bruxelles: "l'Union européenne ne peut pas rester sans réagir (.) Ce qu'ils peuvent faire, nous sommes capables de faire exactement la même chose". Toutefois, les Américains ne ferment pas encore à double tour la porte de la concertation. À compter du 1 juin, l'Union européenne, le Mexique et le Canada seront soumis au même régime que les autres pays de la planète, rapporte le Wall Street Journal.

Cette annonce, faite par le secrétaire au commerce de Donald Trump, Wilbur Ross, a été immédiatement suivie d'une réaction de la Commission européenne affirmant que des "contre-mesures" allaient être annoncées "dans les prochaines heures".

Malgré les mises en garde, Donald trump semble bien décidé à affronter frontalement ses partenaires économiques.

Eurofer, l'association des sidérurgistes européens "regrette que les Etats-Unis aient choisi de taxer un allié stratégique et politique". Mercredi, ses équipes ont lancé une enquête sur les importations de véhicules aux Etats-Unis "pour déterminer leur impact sur la sécurité nationale", affirmant avoir "des preuves suggérant que, durant des décennies, les importations depuis l'étranger ont érodé" l'industrie automobile américaine.

La FEB dit soutenir la prise de mesures de rééquilibrage par la Commission européenne, mais veut prévenir tout risque d'escalade. Le Mexique a aussi annoncé des mesures de rétorsion visant des produits agricoles américains.