Samedi, 23 Juin, 2018

Harvey Weinstein devrait enfin faire face à un juge

Weinstein inculpé pour viol et agression sexuelle le #MeToo applaudit Le producteur déchu Harvey Weinstein plaide non coupable après s'être livré à la police
Max Fresnel | 26 Mai, 2018, 01:52

Weinstein, 66 ans, en veste bleu marine sur pull bleu et chemise claire, trois livres sous le bras, était arrivé peu avant 07H30 locales (11H30 GMT) au commissariat du sud de Manhattan, non loin de là où il avait un temps des bureaux et à une courte distance aussi de sa maison de Greenwich Village. Attendu par des dizaines de caméras du monde entier, il n'a fait aucune déclaration. L'identité de la victime n'a pas été précisée.

Son avocat, Ben Brafman, a décliné tout commentaire jeudi. Ce ténor du barreau, qui avait obtenu en 2011 l'abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire du Sofitel, maîtrise ce genre d'affaires.

Selon le New York Daily News et le New York Times notamment, Harvey Weinstein - qui a disparu dès les premières révélations le concernant et qui était censé suivre un traitement contre les addictions sexuelles dans l'Arizona - risque d'être inculpé ce vendredi d'au moins une agression sexuelle, remontant à 2004.

Selon plusieurs médias américains, l'accusation d'agression sexuelle émanerait de Lucia Evans, une femme qui a témoigné publiquement dans le passé que M. Weinstein l'avait forcé en 2004 à lui faire une fellation.

Depuis les premières révélations du New York Times et du New Yorker en octobre, Harvey Weinstein a été accusé par une centaine d'actrices, dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow ou Asia Argento, mais aussi par des mannequins et ex-employées d'abus sexuels allant du harcèlement au viol. Il s'agit de la première inculpation prononcée à son encontre.

Le mouvement Time's Up, né dans la foulée du #MeToo pour soutenir juridiquement les victimes d'abus sexuels, a souligné que le producteur avait "brisé la vie d'un nombre incalculable de femmes" et espéré que "la justice l'emporterait".

The Weinstein Company, le studio de cinéma qu'il avait co-fondé avec son frère Bob, a été attaqué en justice pour avoir toléré voire facilité le comportement de prédateur sexuel du producteur.

En mars, le célèbre défenseur avait déclaré dans le but de défendre Weinstein: "Si une femme décide qu'elle a besoin d'avoir des relations sexuelles avec un producteur d'Hollywood afin de faire avancer sa carrière, et qu'elle le fait en effet, et qu'elle trouve tout ça dégoûtant, ce n'est pas du viol".

L'annonce de l'arrestation du producteur, après des mois d'enquête par le procureur de Manhattan accusé de traîner des pieds, a été saluée par plusieurs figures du mouvement îMeToo.

"J'avais perdu espoir de voir notre violeur rendre des comptes devant les tribunaux", a déclaré Rose McGowan jeudi soir.