Jeudi, 15 Novembre, 2018

Fraude fiscale : condamné, Jérôme Cahuzac peur éviter la case prison

Son nouveau conseil Eric Dupond-Moretti suggérait d’alourdir la peine mais de l’assortir du sursis mettant en garde la cour contre le risque de suicide de son client Jérôme Cahuzac passera-t-il par la case prison ? Réponse aujourd'hui
Manon Joubert | 16 Mai, 2018, 17:50

C'est la peine à laquelle a été condamné Jérôme Cahuzac, ce mardi 15 mai, par la Cour d'appel de Paris, pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale.

Lors du procès en instance, il sera condamné à trois ans de prison ferme, et une inéligibilité d'au moins 5 ans sans aménagement de peine pour fraude et blanchiment.

S'il ne fait aucun doute que l'ancien ministre du Budget sera reconnu coupable et condamné, le quantum de la peine est bien ce que beaucoup craignent.

La décision de la cour d'appel en charge du dossier Cahuzac, du nom de l'ancien ministre du budget, a rendu son verdict ce mardi. Dans ce cas, il ne serait pas emprisonné.

Il devrait cependant pouvoir bénéficier d'un aménagement de peine qui pourrait lui faire éviter la prison.

La Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique, créée en 2013, contrôle désormais les déclarations de patrimoine des parlementaires et ministres. Dans cette affaire, la banque Genevois a, elle aussi, subi la foudre des juges.

Avant d'être pris la main dans le sac, Jérôme Cahuzac l'avait déjà été plusieurs fois: d'abord d'une sorte de dédoublement, il l'avait été ensuite dans un engrenage infernal, celui du mensonge dont on dit que c'est une prison.

"Ce qui m'importe surtout, c'est que demain ça ne se reproduise pas", a-t-il expliqué en refusant de "s'acharner".

Pour le président de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, "tout a été fait pour qu'il ne fasse pas un seul jour de prison".

En 2012, le site d'information Mediapart avait révélé que Jérôme Cahuzac détenait des comptes dissimulés au fisc français.

L'ancien ministre socialiste du Budget, sans cravate, chemise blanche, les traits fatigués, a écouté l'intégralité de la lecture du délibéré, la tête baissée, avant de relever son visage indiquant le soulagement au prononcé de la peine: quatre ans d'emprisonnement dont deux ans avec sursis. La cour d'appel de Paris rendra son arrêt en début d'après-midi.