Jeudi, 21 Juin, 2018

Deux Français achètent un avion pour sauver des réfugiés en Méditerranée — Migrants

Deux pilotes français achètent un avion pour sauver des migrants en Méditerranée Deux pilotes français portent secours aux migrants grâce à leur avion
Manon Joubert | 03 Mai, 2018, 09:54

Les deux hommes, qui se sont rencontrés sur les bancs de l'école de pilote de Bron il y a 15 ans, ont lancé un appel aux dons. A bord de leur MCR-4S, ils comptent partir en mer Méditerranée afin d'aider les ONG qui viennent en aide aux migrants en Méditerranée.

José Benavente, 49 ans, et Benoît Micolon, 35 ans, sont les deux fondateurs de l'association Pilotes volontaires.

José Benavente, en mission humanitaire à Kinshasa (République démocratique du Congo) combinait ce projet depuis un long moment.

Ce projet a englouti toutes leurs économies.

Les deux hommes s'envolent ce mercredi 2 mai pour mener à bien leur première mission au large de la Libye, pays déchiré par des rivalités depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Car Benoît Micolon et José Benavente Fuentes ne pourront se rendre à Malte que durant leurs congés personnels. Benoît Micolon, pilote de ligne sur Boeing 747, complétera ses 6 000 heures de vols, certes, mais sur un autre type d'engin, pas si loin des avions qu'il pilotait en début de carrière pour repérer les départs d'incendie dans les forêts du sud de la France. " Ils savent qu'un avion survolant les eaux à basse altitude a une capacité de repérage cent fois supérieure à une observation depuis un navire". Ils concentreront leurs efforts sur la zone de 150 kilomètres de long et de 50 kilomètres de large située devant Tripoli où l'on recense le plus de naufrages. "Le printemps est là, les départs de Tripoli reprennent", a déclaré José Benavente au Monde.

Ils espèrent pouvoir repérer les canots dans lesquels voyagent les migrants, pour signaler leur position aux navires des ONG et au MRCC (Maritime Rescue Coordination Centre), l'organisme italien qui gère les sauvetages en mer.

Depuis janvier, près de 400 migrants sont morts ou disparus en Méditerranée centrale, selon l'Organisation internationale pour les migrations. Ils insistent sur l'apport très utile de l'avion dans ce type d'opération: "Le repérage de ces petites embarcations, transportant parfois des centaines de personnes, est très difficile et, parfois, les bateaux prêts à leur venir en aide arrivent trop tard".