Vendredi, 20 Juillet, 2018

1er mai : 1200 individus cagoulés en tête de cortège, un McDonald's saccagé

Manifestation du 1er mai : sécurité renforcée à Paris A Paris, la manifestation s'est élancée avec 1200 individus cagoulés
Manon Joubert | 02 Mai, 2018, 01:09

Des heurts violents entre la police et des personnes encagoulées ont éclaté en marge du défilé du 1er mai mardi après-midi à Paris.

Pour appréhender au mieux possible ces éventuelles échauffourées qui pourraient émailler les manifestations, le préfet de police Michel Delpuech a reçu les différents organisateurs. En tête de cortège, de nombreux militants d'extrême gauche ont en effet causé des dégradations et affronté les forces de l'ordre, incitant la préfecture de police à demander aux syndicats de changer d'itinéraire. Selon la CGT, 55.000 personnes ont participé à la manifestation (contre 80.000 personnes l'an dernier).

Les forces de l'ordre ont, vers 17 heures, maîtrisé un groupe de 200 black blocs. Après s'être élancé de la place de la Bastille, le cortège a rapidement été bloqué au niveau du pont d'Austerlitz par plus de mille individus encagoulés. Une situation de violence inédite pour un 1er Mai, que décrypte pour BFMTV Eddy Fougier, politologue spécialiste des mouvements contestataires.

Deux personnes, "porteuses de burins et de marteaux", ont été interpellées avant le début de la manifestation, selon la préfecture de police.

La préfecture de police annonce des contrôles d'identité renforcés mais aussi l'interpellation systématique des manifestants en infraction. Des manifestants demandent pourquoi les forces de l'ordre n'interviennent pas. Les syndicats étudiant Unef et lycéen UNL étaient aussi présents en tête de cortège. "Tout sera fait pour que leurs auteurs soient identifiés et tenus responsables de leurs actes", a déclaré Emmanuel Macron sur Twitter. Cette année ne fait pas exception, malgré un contexte social agité et les appels de Philippe Martinez, numéro un de la CGT qui défilera à Paris, à une "convergence des luttes".

La préfecture de Paris a indiqué qu'en marge de la manifestation du 1er mai, les contrôles d'identité seront renforcés.

Des dégradations ont eu lieu sur au moins un restaurant Mac Donald's, une concession automobile et un engin de chantier.Interpellations200 "black blocs" ont été interpellés par les forces de l'ordre, six autres personnes ont aussi été interpellées, dont trois pour port d'arme prohibé et trois pour jets de projectiles.

Plusieurs personnalités politiques ont regretté ces violences.

.