Jeudi, 18 Octobre, 2018

Tariq Ramadan reconnaît "une relation" avec une des plaignantes

Tariq Ramadan Tariq Ramadan SIA KAMBOU AFP
Manon Joubert | 20 Avril, 2018, 00:45

Tariq Ramadan souffre d'une sclérose en plaques mais son traitement médical "n'est pas incompatible " avec sa détention provisoire, selon une expertise très attendue.

L'avocat va faire une demande de remise en liberté de son client, car il dénonce "le manque d'objectivité et une différence de traitement", par rapport, par exemple, à "Georges Tron, qui a été ministre de la République" et qui "comparaît devant les assises pour des accusations de viol et n'a pas fait un jour de détention".

La défense de Tariq Ramadan est une nouvelle fois mise à mal. Acussé de viols et d'agressions sexuelle par cinq femmes différentes (dont trois en France), le théologien musulman a toujours nié avoir eu des relations sexuelles, même consenties, avec les plaignantes.

Comme le révélait Europe 1, cette quadragénaire originaire du Nord a versé des centaines de captures d'écrans d'échanges supposés entre elle et Tariq Ramadan. Selon sa femme, il se rend au parloir de sa prison en fauteuil roulant.

Elle a affirmé avoir subi de multiples viols entre 2013 et 2014 en France, à Bruxelles et à Londres. Elle a par ailleurs fourni aux enquêteurs une robe qui, selon elle, est tachée du sperme de l'islamologue suisse.

En Suisse, une femme a également déposé plainte la semaine dernière contre M. Ramadan, l'accusant de l'avoir violée et séquestrée en 2009 dans une chambre d'hôtel de Genève. Rares sont les responsables à avoir affiché leur soutien.

La détention de Tariq Ramadan a suscité un vif émoi au sein de la communauté musulmane. Fin mars Amar Lasfar a exprimé l'espoir que Tariq Ramadan soit bientôt "libéré".