Mercredi, 14 Novembre, 2018

Syrie : le pape François réclame la fin de "l'extermination en cours"

La gendarmerie vaticane sur la place Saint-Pierre La gendarmerie vaticane sur la place Saint-Pierre
Manon Joubert | 02 Avril, 2018, 02:00

Depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre de Rome, le pape François délivre sont message à la ville et au monde.

Le pape François a commencé dimanche à célébrer la traditionnelle messe de Pâques sur le parvis de la basilique Saint-Pierre de Rome devant des milliers de fidèles. Il a exhorté la communauté internationale à agir pour mettre "un terme immédiatement à l'extermination en cours ", pour que "soit respecté le droit humanitaire et qu'il soit pourvu à faciliter l'accès aux aides dont ces frères et sœurs ont un urgent besoin, assurant en même temps des conditions convenables pour le retour de tous ceux qui ont été dispersés". Depuis la loggia de l'édifice, il a notamment évoqué le "conflit sans fin" en Syrie et souhaité que "le massacre qui s'y déroule" cesse "rapidement", évoquant même une "extermination en cours".

Le pape François a aussi appelé "à la réconciliation en Terre Sainte, blessée encore ces jours-ci par des conflits ouverts qui n'épargnent pas les personnes sans défense". Il a eu aussi un mot pour les chrétiens qui "souvent subissent brimades et persécutions", afin qu'ils soit des "témoins lumineux du Ressuscité et de la victoire du bien sur le mal". Il a également prié pour la paix au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo. "Que ne manque pas la solidarité pour les nombreuses personnes contraintes à abandonner leurs terres et privées du minimum nécessaire pour vivre".

Dans sa bénédiction solennelle, un message de paix pour le Proche-Orient, la péninsule coréenne, l'Ukraine et surtout la Syrie. " a-t-il lancé. Ces enfants, a-t-il déploré, qui à cause des guerres et de la faim, grandissent sans espérance, privés d'éducation et d'assistance sanitaire".

Cette fois-ci, en faisant dire au pape que "l'enfer n'existe pas", Eugenio Scalfari le faisait aller à l'encontre du Catéchisme de l'Église catholique qui souligne expressément que "l'enseignement de l'Église affirme l'existence de l'enfer et son éternité " (§ 1035).