Jeudi, 21 Juin, 2018

Près de 60 morts dans l'attentat de l'EI à Kaboul

Shah Marai AFP | La charge était de forte puissance et a projeté des débris dans un large rayon Shah Marai AFP | La charge était de forte puissance et a projeté des débris dans un large rayon
Manon Joubert | 23 Avril, 2018, 06:56

Le kamikaze s'est fait exploser parmi la foule, à l'entrée du centre où les électeurs récupèrent leur pièce d'identité avant de s'inscrire sur les registres électoraux.

L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité dans une déclaration de son agence de presse Aamaq, affirmant qu'elle avait ciblé des " apostats " chiites. Au vu des dégâts importants, la charge était de forte puissance et a projeté des débris dans un large rayon. C'est la première attaque enregistrée à Kaboul contre un centre préparant les listes électorales pour les législatives du 20 octobre depuis le début des inscriptions le 14 avril.

Un attentat-suicide perpétré contre un centre d'enregistrement électoral dans la capitale afghane a fait au moins 31 morts et 54 blessés le 22 avril au matin, selon un bilan encore provisoire du ministère de la Santé. "C'était un kamikaze. Il y a des victimes, nous ne savons pas encore combien", a déclaré le chef de la police de Kaboul, Dawood Amin".

En fin d'après midi 48 morts et 112 blessés avaient été décomptés, très majoritairement membres de la minorité chiite hazara, régulièrement ciblée par les extrémistes sunnites de l'EI, ont indiqué les ministères de l'Intérieur et de la Santé. "Bien sûr, l'insécurité est notre premier défi et notre inquiétude majeure, surtout dans les campagnes", avait avoué à l'AFP le président de l'IEC, le Dr Abdul Baie Sayad, lui-même menacé. Des élections législatives devraient avoir lieu en Afghanistan en octobre et, la semaine dernière, trois policiers chargés de surveiller les centres d'inscription des électeurs dans deux provinces afghanes ont été tués par des militants. Mais ils redoutent plus encore un scrutin pour rien, confisqué par la fraude et qui les exposera à un regain de violence.

Le dernier attentat en date contre la capitale afghane au Premier jour du nouvel an perse, le 21 mars, avait fait plus d'une trentaine de morts et au moins 70 blessés. L'EI avait revendiqué l'opération commise par un kamikaze à pied.