Jeudi, 21 Juin, 2018

Inquiétude levée au Mont-Saint-Michel, le site rouvert au public

Le Mont-Saint-Michel évacué un individu suspect recherché après avoir proféré des menaces contre les forces de l'ordre Le Mont-Saint-Michel en cours d'évacuation pour une raison inconnue
Manon Joubert | 23 Avril, 2018, 07:32

En cause "Un individu au comportement suspect qui était arrivé vers 7 h 30 au Mont, et qui aurait eu un comportement " suspect " et aurait proféré des menaces, et qu'il voulait " tuer des flics ". Comme cela lui a été refusé, il s'est énervé et a proféré des menaces contre les forces de l'ordre.

Monument le plus visité de France, le Mont-Saint-Michel est en cours d'évacuation, a annoncé la gendarmerie.

Vers 7h45, c'est depuis une navette menant au Mont-Saint-Michel, qu'un guide touristique a prévenu la gendarmerie. Les gendarmes de la Manche ont bloqué tous les accès au site ce dimanche matin et ont commencé à évacuer les touristes. Les piétons séjournant dans les hôtels ont été évacués dans le calme et sans incident. L'abbaye a également été fermée. "Nous sommes quasi sûr que le suspect ne se trouve plus sur le Mont-Saint-Michel", a-t-il ajouté.

Un journaliste d'une radio locale sur place avance qu'une opération anti-terroriste serait en cours, mais cette information n'a pas été confirmée par les forces de l'ordre. Un hélicoptère a été dépêché sur place.

L'individu a réussi à se faufiler dans la foule et à s'enfuir. Personne n'a pu vérifier quel était ce matériel. "Il est possible que l'individu ait quitté avec le Mont avec le flot de touristes".

Évacué ce matin en raison d'une menace, le Mont-Saint-Michel rouvre au public à 14h00.

C'est sans panique que les autorités sont parvenues à faire évacuer visiteurs, habitants et commerçants du Mont-Saint-Michel (Manche), dimanche 22 avril 2018. Il précise à France Bleu que "le village est complètement fermé et qu'on attend le feu vert de la préfecture pour l'ouvrir". Les gens partent à pied depuis l'entrée principale. "Grâce à la vidéo surveillance nous avons une possibilité de l'identifier mais c'est un travail de longue haleine", précise Jean-Marc Sabathé.