Jeudi, 21 Juin, 2018

Immigration. Soirée houleuse à l'Assemblée, Gourault sort de ses gonds

Jacqueline Gourault ministre auprès du ministre de l'Intérieur lors d'une intervention à l'Assemblée nationale le 14 février 2018 VIDEO. Loi asile: Accrochage entre la ministre Gourault et les députés LR à l'Assemblée
Manon Joubert | 20 Avril, 2018, 00:45

Alors que les débats sur la loi "Asile et immigration" se poursuivent, l'Assemblée nationale a été mercredi le théâtre d'une passe d'armes entre les députés Les Républicains et la ministre auprès du ministre de l'Intérieur Jacqueline Gourault. L'incident est survenu aux alentours de minuit.

En commission, Gérard Collomb avait simplement indiqué que "lorsque nous aurons examiné l'ensemble des articles de cette loi, nous pourrons débattre de ce qu'il convient de faire au sujet des personnes qui se trouvent sans statut". M. Jacob, vous allez laisser continuer ces méthodes pendant longtemps?

"Après les débats, un élu de la majorité a reconnu que, même si un ministre " n'a pas à répondre à des injonctions", Jacqueline Gourault, ancienne sénatrice, avait été " extrêmement maladroite " face à des LR " privés de Collomb ". "[.] Ce sont des méthodes autoritaires qui ne sont pas acceptables dans une démocratie, on ne fait pas de pressions ainsi", ajoute-t-elle. "Qu'est-ce que c'est que ces méthodes?" Christian Jacob lui répond sur le fond et sur la forme: "Il n'est pas compliqué, madame la ministre, de répondre oui il y a eu une étude d'impact, non il n'y a pas eu d'étude d'impact..."

L'attitude de la ministre a également été jugée " déplacée " par la socialiste Laurence Dumont. En effet, un élu de La République en Marche a annoncé un peu plus tôt dans les colonnes du Monde que les équipes d'Emmanuel Macron préparaient un plan de régularisation de 40.000 sans-papiers. Cette réunification familiale - à différencier du "regroupement familial " qui concerne les étrangers venus légalement et est soumis à des conditions financières et de logement - ne devrait pourtant concerner que quelques centaines de personnes (357 mineurs réfugiés en 2016 selon Gérard Collomb).

La ministre auprès du ministre de l'Intérieur n'a pas supporté la charge de députés LR et FN. "Ceux-ci ont tour à tour dénoncé un " appel d'air " et l'ouverture annoncée des " vannes de l'immigration ".

À ces arguments, majorité et gauche ont défendu, comme Coralie Dubost (LREM), "une avancée humaine et juste ".

Une interrogation qui n'a obtenu aucune réponse satisfaisante pour les élus LR et donc reprise dans la nuit du 18 au 19 avril par le député LR Pierre-Henri Dumont. Fabien Di Philippo (LR) s'en est pris au "monopole des leçons d'humanité et des bons sentiments ". Les débats reprennent ce jeudi à 9h30.