Mardi, 14 Août, 2018

Guerre commerciale : Christine Lagarde et le FMI inquiets pour la croissance

Une mission du FMI annoncée au Congo Brazzaville pour discuter d'un potentiel programme économique… et de la dette du pays Le Bénin et le Rwanda feront partie du programme du FMI pour l'atteinte des Objectifs de développement durable
Marie-Paule Arceneaux | 12 Avril, 2018, 06:59

Au cours du Forum de Boao pour l'Asie, Christine Lagarde, directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), a déclaré que la reprise économique mondiale s'enracinait.

En signe d'avertissement, Christine Lagarde a également estimé que la première des priorités, pour soutenir la croissance économique, était de " se tenir à l'écart du protectionnisme sous toutes ses formes ". Christine Lagarde a par ailleurs souligné que "les économies avancées devraient s'accroître au-dessus de leur potentiel de croissance moyenne cette année et l'année prochaine" et que les États-Unis étaient au plein emploi.

Ces commentaires interviennent alors que les tensions entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux, en particulier la Chine, ont redoublé d'intensité ces derniers mois.

Le Bénin et le Rwanda, seront les deux seuls pays africains à bénéficier du prochain programme du Fonds monétaire international (FMI) pour l'atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), a indiqué vendredi, l'agence de presse Xinhua. "Il y a désormais une nouvelle urgence parce que les incertitudes se sont accrues de manière significative", dit-elle citant les tensions commerciales, les risques fiscaux et financiers accrus ainsi que l'incertitude géopolitique.

" LIRE AUSSI - Commerce mondial: la Chine est-elle déloyale?".

Si elle a reconnu que certains pays avaient des "pratiques déloyales qui doivent être éliminées et qui peuvent laisser des traces sur les balances commerciales", l'ancienne ministre de l'Économie française a refusé de considérer le retour de mesures protectionnistes comme une solution appropriée.

"L'histoire nous montre que restreindre les importations affecte tout le monde, en particulier les consommateurs pauvres", a réagi Christine Lagarde. Parmi les points évoqués lors de cette rencontre, notons la maîtrise de la dépense publique, les arriérés de la dette et les réformes structurelles, pour l'amélioration de la gouvernance des deniers publics.