Mardi, 24 Avril, 2018

Financement de la dépendance. La ministre Agnès Buzyn a " des pistes "

Bientôt un deuxième jour férié travaillé gratuitement Financement de la dépendance. La ministre Agnès Buzyn a « des pistes »
Marie-Paule Arceneaux | 15 Avril, 2018, 00:55

La ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est dite favorable au maintien du remboursement de l'homéopathie, médecine qui selon elle a "probablement un effet placebo" mais "ne fait pas de mal" jeudi 12 avril 2018.

La ministre de la santé Agnès Buzyn a révélé avoir été victime de comportements déplacés dans le cadre de son travail.

Le nombre de personnes âgées dépendantes augmente en France.

"Les pistes, ce sont évidemment les assurances privées".

Enfin, Agnès Buzyn a rappelé que l'ancien Premier ministre "Jean-Pierre Raffarin avait inventé la journée de solidarité active, le lundi de Pentecôte" et qu'"on pourrait imaginer avoir deux lundis de Pentecôte travaillés".

Cette mesure avait été instaurée après la canicule de 2003, qui avait causé la mort de 15 000 Français, en majorité des personnes âgées. 14 ans plus tard, force est de constater que l'initiative a plus que fait ses preuves:, la journée de solidarité aurait permis de récolter 2,37 milliards d'euros en 2017, d'après les dernières estimations de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Avoir deux lundi de Pentecôte travaillés ou, plus exactement, transformer un deuxième jour férié en jour parfois travaillé afin de financer la dépendance des personnes âgés et des handicapés.

Depuis 2008, le lundi de Pentecôte est redevenu férié et les entreprises peuvent fixer librement la date, mais aussi les modalités de cette journée de solidarité. Pour Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et interviewé par Le Monde, ce seraient 4,5 milliards d'euros, récoltés grâce à la journée de solidarité, qui auraient été "détournés" par l'État entre 2004 et 2016. "Je souhaiterais qu'il y ait un débat sociétal, avec notamment les élus", a poursuivi la ministre sur RMC et BFMTV, affirmant qu'elle entendait "proposer une solution d'ici la fin de l'année".