Mardi, 19 Juin, 2018

Sida : 1 jeune sur 5 se considère mal informé

VIDEO. Sida Les idées fausses en forte progression chez les jeunes alarment Sidaction Un jeune sur cinq pense que le Sida peut se transmettre en embrassant
Marie-Paule Arceneaux | 25 Mars, 2018, 01:04

Selon un sondage publié le 21 mars 2018, des idées fausses sur le sida circulent toujours chez les jeunes, pas assez informés sur la maladie.

20% des jeunes interrogés estiment être mal informés sur le VIH/sida. Chaque année en France, environ 6000 personnes découvrent leur séropositivité au virus. Ainsi, selon 21% d'entre eux, le virus peut se transmettre en embrassant un séropositif.

Depuis des années, nous usons de tous les moyens nécessaires pour lutter contre le virus du sida. Ce sondage Ifop-Bilendi a été mené en ligne du 6 au 13 février, auprès d'un échantillon de 1 002 personnes représentatif de la population française âgée de 15 à 24 ans, selon la méthode des quotas. Ce qui correspond à une augmentation de 6 % en l'espace de trois ans. Autre idées fausse en progression: l'idée que la pilule contraceptive d'urgence puisse empêcher la transmission du virus. Ainsi, il est normal que le dépistage soit rare après un comportement à risque. "D'après elle, l'origine de ces fausses idées proviendrait du " manque d'information " et le fait " qu'on parle moins du virus VIH " fait " remonter de vieilles peurs ".

Afin de contrer les transmissions du Sida de la mère à l'enfant, l'Association en charge du Sidaction, SIDACTION, accorde une certaine importance à certains projets comme celui de la prise en charge des enfants exposés, infectés et affectés par le VIH, qui vise à leur garantir prévention et soins, de la prévention de la transmission mère-enfant jusqu'à la santé sexuelle et reproductive des adolescents.

67% des jeunes estiment que l'Education nationale n'en fait pas suffisamment en matière d'information sur le VIH/sida. Or, en parler moins ne fait qu'entretenir les craintes. Ainsi, 26 % des interrogés pensent à tort que ces médicaments peuvent guérir du Sida.

Plus généralement, la présidente du Sidation a pointé du doigt, un "désintérêt du grand public vis-à-vis de cette infection", lié selon elle "au fait qu'il existe désormais des traitements qui permettent de vivre avec le VIH".