Mercredi, 14 Novembre, 2018

Pénicaud ira "plus loin" que les partenaires — Indemnisation des démissionnaires

Muriel Pénicaud évoque les contours de la réforme de l'assurance chômage Muriel Pénicaud évoque les contours de la réforme de l'assurance chômage. CrowdSpark
Manon Joubert | 03 Mars, 2018, 05:42

Il s'agit d'un geste que la ministre adresse aux syndicats, au moment où s'engagent de difficiles concertations sur une réforme à haut risque de la SNCF.

Muriel Pénicaud confirme aussi dans cet entretien qu'un droit à l'indemnisation chômage sera instauré pour les démissionnaires, sous réserve qu'ils aient un projet professionnel. Et ajoutait une autre nouveauté, l'ouverture des droits "aux salariés qui démissionnent", avec la possibilité d'utiliser cette disposition "une fois tous les cinq ans".

Muriel Pénicaud souhaite créer de nouveaux droits aux chômage, pour les démissionnaires et les indépendants.

Emmanuel Macron l'avait promis pendant la campagne électorale: dans certaines conditions, les démissionnaires et les indépendants devraient avoir droit à l'assurance-chômage. Un bilan sera fait par les partenaires sociaux au bout d'un an, sur la maîtrise financière de la mesure, qui ne représentera qu'une part très faible du budget global.

Sur le point sensible de la lutte contre les contrats précaires, la ministre du Travail a affirmé: " Nous allons respecter ce que les partenaires sociaux ont prévu dans leur accord". Elle s'en remet ainsi aux branches professionnelles qui auront "jusqu'à fin décembre pour prendre des mesures". Dans "Le Parisien" vendredi, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dévoile ce qu'il reste, un an plus tard exactement, de ces ambitions. "Ce droit sera financé par la CSG".

De quoi offrir à la ministre le luxe d'annoncer que le gouvernement irait "plus loin" que les partenaires sociaux, avec un droit mobilisable tous les cinq ans au lieu des sept prévus dans le texte. Après l'avoir un temps envisagé, les partenaires sociaux avaient, eux, retiré cette possibilité de leur texte final. Ou encore de valider la proposition des partenaires sociaux d'indemniser les démissionnaires dans "les mêmes conditions que n'importe quel chômeur", alors que le gouvernement tablait initialement sur un droit minoré.

Le gouvernement souhaite également accompagner les indépendants dont le bénéfice annuel tourne autour de 10.000 euros en cas d'accident de parcours, de liquidation judiciaire: ils seront accompagnés, recevront 800 euros par mois pendant six mois. Il est "possible " que ces effectifs augmentent de nouveau dans les années à venir, a précisé le cabinet de la ministre.

Muriel Pénicaud annonce aussi un renforcement du contrôle des demandeurs d'emploi: les équipes de contrôle de Pôle emploi tripleront d'ici la fin de l'année pour passer de 200 à 600 agents. L'objectif est de fournir un accompagnement personnalisé et rapide de chaque demandeur d'emploi.

En revanche, la question des sanctions n'est pas tranchée. "Nous allons en discuter rapidement avec les partenaires sociaux", indique la ministre, qui juge le système actuel "incohérent".