Mercredi, 17 Octobre, 2018

Négociations séparées dans le fief rebelle — Ghouta

Syrie : l'offensive de Damas se poursuit contre la Ghouta Plus de 1000 évacuations médicales urgentes dans la Ghouta en Syrie
Manon Joubert | 13 Mars, 2018, 11:28

"Nous savons que la Russie, compte tenu de son influence sur le régime, compte tenu aussi de sa participation aux opérations, a la capacité de convaincre le régime par toutes les pressions nécessaires d'arrêter cette offensive terrestre et aérienne" contre la Ghouta orientale, a-t-il ajouté. Depuis trois semaines, seuls deux convois d'aide ont pu venir en aide à la population de la Ghouta, à la faveur d'une trêve quotidienne et partielle annoncée par les Russes, qui n'a néanmoins pas fait cesser les hostilités.

Le contrôle de l'enclave rebelle étant partagé par trois groupes rebelles, l'objectif du régime a été dès le départ de séparer ces zones d'influence les unes des autres, explique Nawar Oliver, expert au centre de réflexion Omran basé en Turquie. Les civils ne sont pas concernés, selon l'ONG.

"Assez de destructions et de morts!"

- 'Colossale tragédie humaine' - Alors que le conflit en Syrie entre le 15 mars dans sa huitième année, le Haut Commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a évoqué "une tragédie humaine aux dimensions colossales". Mais les groupes insurgés ont, eux, répété qu'ils rejetaient toute négociation et évacuation.

Parallèlement à ce déversement de feu et de fer, Damas dit être en tractations avec divers responsables de villes de la zone assiégée; les principaux groupes rebelles de la région, Jaïch al-islam et Faylaq al-Cham, disent ne pas participer à ces échanges.

Les négociations sont menées séparément avec des représentants de chacun des trois secteurs, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les forces du régime de Bachar al Assad ont repris ces derniers jours une partie importante du secteur et disent avoir parachevé l'encerclement de la ville de Douma.

L'enclave rebelle subit un siège asphyxiant depuis 2013, ayant rendu quasiment impossible l'accès à la nourriture et aux médicaments pour ses quelque 400 000 habitants. La télévision étatique syrienne a filmé, en direct, des combattants à bord d'un unique bus, certains à l'apparence très jeune, d'autres avec une capuche rabaissée sur la tête.

"L'avertissement de Jim Mattis, qui a rappelé le précédent des raids américains de l'an dernier en Syrie à la suite d'une attaque à l'arme chimique, intervient au milieu d'informations sur le recours au chlore par les forces du régime contre le fief rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas".

Le régime syrien poursuit ce lundi son offensive dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, désormais morcelée, et ce, en dépit de la trêve humanitaire votée par l'ONU. Le régime d'Assad, avec le soutien vital de la Russie intervenue dans la guerre en 2015, a réussi à enchaîner les victoires face aux rebelles et aux jihadistes et à reprendre le contrôle de la moitié du territoire.