Mardi, 19 Juin, 2018

Les mesures concrètes du plan prévention du gouvernement — Santé publique

Edouard Philippe et Agnès Buzyn après le comité interministériel sur la santé le 26 mars Edouard Philippe et Agnès Buzyn après le comité interministériel sur la santé le 26 mars
Marie-Paule Arceneaux | 27 Mars, 2018, 06:54

"Une vraie politique de prévention permettrait de préserver près de 100 000 vies par an", a fait valoir Edouard Philippe. Ce plan "représente un investissement de 400 millions d'euros pour cinq ans", selon le gouvernement.

Signe de son importance, il a été présenté lors d'un comité interministériel au siège de l'agence sanitaire Santé Publique France (Val-de-Marne).

Pour arrêter le tabac, responsable chaque année de 49 000 morts en France, l'aide au sevrage, qui se limite aujourd'hui à un forfait de 150 euros par assuré et par an, sera progressivement assurée par un remboursement de l'assurance-maladie, comme pour tous les médicaments remboursables.

Autre mesure concrète annoncée: le gouvernement veut "généraliser dès 2019" la vaccination en pharmacie contre la grippe. Le gouvernement veut également "introduire un troisième programme national de dépistage organisé, celui du cancer du col de l'utérus", après le cancer du sein et le cancer colorectal. En octobre dernier, cette mesure avait été testée en Nouvelle-Aquitaine et en Auvergne-Rhône-Alpes.

Etendre le logo Nutriscore aux cantines (y compris scolaires) à partir de 2020. Il inclura la mise en place d'une carte donnant un accès gratuit à des préservatifs.

Réaliser, au moins une fois par an, un bilan de santé pour les personnes handicapées, pour "repérer les besoins de soins courants dont ceux en santé bucco-dentaires". Sans oublier, dès 2018, un plan de 15 millions d'euros (.) Lire la suite sur Liberation.frPourquoi fait-il plus chaud la nuit dans certaines villes? Ce plan contient quelques mesures concrètes, malgré des insuffisances pointées par les experts en santé publique, notamment en matière de lutte contre l'alcoolisme.

Les signataires sont le Pr Michel Reynaud, président du Fonds action addiction, les président et vice-président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) Nicolas Simon et Bernard Basset, Irène Frachon (pneumologue à Brest), Catherine Hill et Serge Hercberg (épidémiologistes), Amine Benyamina (psychiatre, addictologue), Albert Hirsch (Ligue contre le cancer) et Gérard Dubois (Académie de médecine).

Albert Hirsch, professeur de pneumologie, université Paris-VII, administrateur de la LNCC.