Mardi, 14 Août, 2018

Exclusif-Nissan discute du rachat de la part de l'Etat dans Renault

Renault EZ-GO Renault EZ-GO
Napoleon Lievremont | 08 Mars, 2018, 01:26

Renault et Nissan souhaitent un renforcement de leur alliance, une opération qui pourrait conduire le constructeur japonais à racheter l'essentiel de la part de 15 % du capital que l'Etat français détient dans Renault, a affirmé l'agence de presse Reuters, citant des sources proches du dossier.

L'Alliance avait annoncé la semaine passée un resserrement des liens entre ses membres avec la nomination de chefs de projets qui superviseront l'ensemble des entités dans des "domaines clés", comme l'ingénierie, les achats, le contrôle de la qualité ou le service après-vente. Les deux banques n'ont pas réagi à ce sujet. Carlos Ghosn a également proposé une structure intermédiaire qui verrait le management de Renault, Nissan et de Mitsubishi Motors placé directement sous la supervision d'une fondation néerlandaise, ce qui serait ainsi le prélude à une fusion complète au sein d'un groupe mondial intégré basé à Amsterdam.

Renault a clos en hausse de plus de 6,6% à 95,3 euros à la Bourse de Paris.

Lors de la présentation des résultats 2017 de Renault, le 16 février dernier, son PDG Carlos Ghosn promettait de présenter rapidement de nouvelles initiatives afin de développer les synergies entre les trois partenaires de l'alliance (Renault, Nissan et Mitsubishi).

Le constructeur automobile japonais Nissan a démenti négocier l'acquisition de la participation de l'Etat français dans Renault, ce qu'affirmait pourtant l'agence Reuters un peu plus tôt dans l'après-midi. En vertu du droit boursier japonais, Renault perdrait tous ses droits de vote chez Nissan si la part du constructeur japonais atteignait ou dépassait les 25% dans le capital du français.

Au-delà de sa dilution et de sa perte d'influence, la France reste préoccupée par les conséquences potentielles d'un tel rapprochement sur les centres technologiques, les emplois industriels et des recettes fiscales d'un groupe dont le siège social serait situé à l'étranger, souligne-t-on de mêmes sources.