Jeudi, 18 Octobre, 2018

Côte d'Ivoire/International/ Le Parlement chinois abolit la limite des mandats présidentiels

Le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang, lors d'un vote sur le changement de la Constitution à l'Assemblée nationale populaire à Pekin le 11 mars 2018 En Chine, Xi Jinping peut désormais être président à vie
Manon Joubert | 12 Mars, 2018, 04:42

La limitation des mandats présidentiels a été abolie dimanche par le Parlement chinois, ouvrant la voie pour un mandat à vie de Xi Jinping.

Avec ce vote permettant au président Xi Jinping de rester chef de l'État au-delà de 2023, le parti communiste chinois assure qu'il respecte la voix de la population.

L'amendement doit aussi faire entrer "la Pensée Xi Jinping" dans la constitution, ainsi que "le rôle dirigeant" du Parti communiste chinois (PCC) dans son article premier.

Veuillez vous connecter pour lire l'intégralité.

Depuis son arrivée à la tête du pays en 2013, Xi Jinping n'a cessé d'accroitre l'autorité du régime.

Le président chinois Xi Jinping applaudit après le vote sur le changement de la Constitution à l'Assemblée nationale populaire à Pekin le 11 mars 2018
Chine – réforme constitutionnelle : Xi Jinping devient président à vie à l'image de Mao Zedong

Cette disposition peut laisser entrevoir une recrudescence de la répression à l'encontre des opposants au régime. Mais sans concession aux libertés individuelles. Au niveau international, ses ambitions d'être président à vie ont reçu peu de commentaires négatifs de la part des autres grandes puissances.

Le projet de changement constitutionnel a été rendu public à la dernière minute il y a tout juste deux semaines, stupéfiant une partie de l'opinion tandis que les réactions critiques ou consternées sur internet étaient promptement censurées. L'objectif était d'éviter un retour au régime dictatorial de Mao Tsé-toung, qui avait duré 27 ans.

Certains députés pourraient cependant laisser échapper leur mauvaise humeur d'ici à la fin de la session plénière annuelle de l'ANP, le 20 mars, prévoit-il. La "pensée" de Xi Jinping a été validée par 2.958 députés contre 2 qui se sont abstenus.

Ils pourraient ainsi élire moins bien le candidat à la vice-présidence, qui devrait être Wang Qishan, le "tsar de la lutte contre la corruption" du premier mandat de M. Xi.