Lundi, 28 Mai, 2018

BlackBerry attaque Facebook, Instagram et WhatsApp — Guerre des brevets

BlackBerry attaque Facebook Whats App et Instagram en justice Mark Zuckerberg lors de la conférence de développeurs F8 le 18 avril 2017. Capture d'écran Facebook Live
Charles Cochet | 08 Mars, 2018, 01:25

En effet, BlackBerry accuse Facebook, ainsi qu'à ses filiales Instagram et WhatsApp, de violer des brevets concernant l'encodage des messages.

Violation des brevets de messagerie instantanée Blackberry Messenger était une application de messagerie accessible sur les smartphones Blackberry qui permettait, avec du réseau wifi ou 3G, d'envoyer des messages avec accusés de réception et de lecture, des images, de faire des appels vidéos, ou encore des paiements Paypal.

La firme canadienne affirme que Facebook "créé des applications de messagerie mobile qui cooptent les innovations de BlackBerry, en utilisant un certain nombre de fonctionnalités innovantes de sécurité, d'interface utilisateur et de fonctionnalité".

D'après Blackberry, la plainte a été déposée après plusieurs années de discussion infructueuses.

"Nous avons beaucoup de respect pour Facebook et l'importance qu'il accorde aux capacités des messageries électroniques, dont certaines ont été inventées par BlackBerry", précise un communiqué du groupe canadien. "Après plusieurs années de dialogue nous avons pris envers nos actionnaires l'obligation de prendre des mesures juridiques", - a noté dans la déclaration, ce qui conduit le diffuseur de CNN. BlackBerry évoque par ailleurs la possibilité d'un partenariat avec Facebook en matière de sécurité.

Pour être clair, c'est l'entreprise canadienne originale Blackberry Limited qui porte plainte.

Pour Facebook, ces accusations de BlackBerry " reflètent tristement l'état actuel de ses activités de messagerie.

"Ayant abandonné ses efforts pour innover, BlackBerry cherche maintenant à taxer linnovation des autres. Nous avons l'intention de nous battre", a fait savoir Facebook. Facebook est la première grosse entreprise visée par une plainte de ce genre par BlackBerry, dont les juristes s'étaient échauffés - si l'on peut dire - en attaquant le fabricant de smartphones Blu et l'entreprise de téléphonie Avaya en 2016. En 2017, Qualcomm avait été condamné à verser 815 millions de dollars au groupe canadien.