Четверг, 21 Июня, 2018

Palestine : Ahed Tamimi comparaît pour 12 chefs d'inculpation

Procès à huis clos pour Ahed Tamimi Début du procès pour, Ahed Tamimi, l'« idolescente » de l'Autorité Palestinienne
Manon Joubert | 14 Февраля, 2018, 16:05

Un tribunal militaire a entamé aujourd'hui un procès contre Ahed Tamimi la jeune adolescente, icône de la "résistance palestinienne " arrêtée pour avoir, entre autres, giflé et harcelé des soldats israéliens qui montaient la garde dans un village arabe de Samarie. Originaire du village de Nabi Salih, en Cisjordanie, elle était allée à la rencontre de deux soldats israéliens, qui se trouvaient dans la cour de la maison familiale, le 15 décembre. Les soldats demeurent impassibles face à ce qui semble relever davantage de la provocation de la part des Tamimi que de la volonté de faire mal. La mère de Ahed Tamimi intervient, avec l'apparente volonté de s'interposer. Les journalistes et les nombreux diplomates présents dans une salle comble ont rapidement été priés de quitter l'audience, qui s'est tenue à huis clos.

Un débat public n'est pas dans l'intérêt de la jeune fille, mineure, a dit le juge.

Les débats ont été ajournés au bout de deux heures jusqu'au 11 mars. Le procès pourrait prendre des mois.

Son père, Bassem, présent dans la salle d'audience, l'a exhorté à "rester forte".

"En refusant de libérer Ahed Tamimi depuis son arrestation le 19 décembre, les autorités israéliennes ont fait preuve de mépris pour leurs obligations en vertu du droit international de protéger les enfants", a déclaré la directrice adjointe du Moyen-Orient et de l'Afrique, Magdalena Mughrabi.

Dernier ressort Israël poursuit Ahed Tamimi sous douze chefs d'inculpation, non seulement pour les agissements du 15 décembre, mais aussi des faits antérieurs présumés, comme des jets de pierres contre les soldats, des menaces ou sa participation à des émeutes, Nabi Saleh étant le théâtre fréquent de manifestations contre l'occupation. Le procès de Narimane et Nour Tamimi a également commencé dans la journée d'hier.

Une affaire dont l'avocate entend faire un procès de l'occupation israélienne des territoires palestiniens.

Exemple de courage ou agitatrice?

Ils considèrent volontiers Ahed Tamimi, issue d'une famille réputée pour son engagement contre l'occupation et elle-même connue pour son militantisme, comme une agitatrice ne reculant pas devant les provocations.

Les organisations de défense des droits de l'Homme et l'Union européenne ont exprimé leur préoccupation devant le cas de cette adolescente. Seuls les membres de la famille de la jeune fille - la plupart avaient été arrêtés à la suite de l'incarcération d'Ahed - ont alors été autorisés à suivre les débats.