Mardi, 14 Août, 2018

La banque d'Algérie se lance les traces des mouvements des capitaux

M. Mohamed Loukal, Gouverneur de la Banque d'Algérie, à l'APN : « La croissance a atteint 2,2 % » La banque d'Algérie se lance les traces des mouvements des capitaux
Napoleon Lievremont | 15 Février, 2018, 11:56

"Une fois cette instruction promulguée, le client ne sera plus questionné sur l'origine des fonds qu'il souhaite déposer ou retirer". Dans cette optique, M. Loukal relève l'impératif de voir les banques commerciales ériger au rang de "priorité" la collecte de ces ressources "considérables" circulant hors les banques. Passé ce délai, les fonds pourront circuler dans le réseau bancaire, a souligné Mohamed Loukal.

Mohamed Loukal, qui s'exprimait devant les parlementaires et cité par les médias publics, a indiqué que les réserves de change étaient à 114,1 milliards de dollars à la fin décembre 2016, ce qui donne une baisse du matelas de devises de l'ordre de 16,8 milliards de dollars (mds usd) entre fin décembre 2016 et fin décembre 2017.

Dans son intervention, le premier responsable de la BA a précisé que les réserves de change de l'Algérie se sont établies à 97,3 milliards de dollars à la fin décembre 2017. Une baisse, soutient-il, qui risque de ne pas être sans conséquences quant à la capacité de "faire face aux chocs externes". Même tempo pour les exportations hors hydrocarbures. Ainsi, le déficit budgétaire a fortement reculé à 795 milliards de DA durant les premiers mois de 2017 contre un déficit budgétaire de 1567 milliards de DA à la même période en 2016, selon le Gouverneur de la BA.

"Nous avons enregistré une croissance économique de 2,2% en 2017 en dépit d'un fort recul de la cadence de croissance des hydrocarbures", a précisé M. Loukal lors d'une séance plénière à l'APN présidée par Said Bouhadja, président de l'Assemblée, consacrée à la présentation du rapport des évolutions financières et monétaires en 2016 et en 2017, rapporte l'agence officielle.

Aussi, a-t-il affirmé, après avoir chuté à 512 milliards de dinars en septembre dernier, le niveau global de la liquidité bancaire s'est amélioré pour atteindre quelque 1400 milliards de dinars à fin 2017, grâce surtout, a-t-il expliqué, à la réactivation par la BA des instruments de refinancement des banques primaires (réescompte et open-market), mais aussi à la mise en place du dispositif de financement interne non conventionnel.