Mardi, 14 Août, 2018

Favorable à un service national avec une partie obligatoire — Emmanuel Macron

Du service national à la Syrie Macron face à la presse sur tous les fronts Emmanuel Macron le 9 février 2018 à l'Elysée LUDOVIC MARIN
Manon Joubert | 15 Février, 2018, 12:20

S'agissant des moyens humains et matériels, le service national universel, conduit par l'ensemble des ministères concernés, supposerait de mobiliser enseignants, militaires et personnels d'entretien en été ou par le biais des heures supplémentaires, alors que les capacités d'accueil des armées ont été réduites depuis la suppression en 1997 du service militaire. C'est, du moins, comme cela qu'Emmanuel Macron parlait de cette idée de service national, qu'il appelait d'ailleurs "service militaire universel", le 18 mars 2017. Il concernera entre 600 000 et 800 000 jeunes d'une même catégorie d'âge chaque année, filles comme garçons. Ce document s'opposerait justement au service national et préconiserait à la place l'instauration d'un "parcours citoyen". Label: l'Opinion Date d'ajout: 13/02/2018 Cette mesure annoncée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle sera t elle finalement mise en oeuvre? Il s'agirait d'une semaine à faire en internat pendant les vacances scolaires avec le même programme pour tous; ou sept jours en "immersion" au sein d'une association agréée, dans le but de "se faire rencontrer les jeunesses de France", dit le rapport. Ce nouveau dispositif concernerait les jeunes de 11 à 25 ans. Il pourra avoir une partie "civique", a dit le chef de l'Etat, qui exclut de "recréer des casernements massifs". Plusieurs formules circulent, mais depuis la decision de Jacques Chirac de mettre fin à la conscription, les militaires de carrière ne souhaitent plus avoir à gérer un tel service national.

L'annonce du porte-parole du gouvernement peut sembler un brin ironique, puisque Florence Parly, ministre des Armées, affirmait vendredi 9 février que le service en question n'aurait "probablement pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire ", mais que tout serait fait pour le rendre "attractif pour les jeunes afin qu'ils soient incités à le réaliser ". Parmi les objectifs affichés: inculquer les valeurs de civisme et de citoyenneté et renforcer la cohésion nationale. Un rapport parlementaire sur le sujet doit également être présenté ce mercredi 14 février.

Trois milliards d'euros par an?