Mercredi, 14 Novembre, 2018

Vingt-six fonctionnaires radiés pour infractions sur mineurs — Education nationale

Les agents ont été immédiatement éloignés des enfants avant d'être prochainement révoqués.  Archives Les agents ont été immédiatement éloignés des enfants avant d'être prochainement révoqués. Archives
Manon Joubert | 20 Janvier, 2018, 07:26

Vingt-six d'entre eux présent des condamnations pour atteintes sexuelles, violences sur mineurs ou détention d'image à caractère pédopornographique, dévoile BFMTV vendredi.

L'Éducation nationale fait le ménage dans ses rangs.

Les casiers inspectés sont le B2, qui intègre la plupart des condamnations pour crime et délit, et le fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV). Une décision prise en 2016 par Najat Vallaud-Belkacem alors Ministre de l'Éducation, et ce après l'affaire de Villefontaine.

Elles ont été condamnées pour des actes mettant en cause des enfants. La justice avait dénombré 61 victimes potentielles dans différents établissements scolaires où avait officié l'enseignant.

Il était notamment accusé d'avoir imposé des fellations "surprises" à ses élèves lors d'ateliers du goût où les élèves devaient normalement gouter des aliments les yeux bandés.

L'homme avait été par le passé condamné pour détention d'images pédopornographiques. Elle permet "le contrôle, en cours de carrière, des antécédents judiciaires des agents en contact habituel avec des mineurs".

C'est pour éviter que ce genre d'affaires ne subsistent que le gouvernement avait entrepris de faire vérifier l'intégralité des casiers judiciaires du personnel de l'Education nationale.