Samedi, 23 Juin, 2018

Trois blessés dans un attentat contre l'armée française — Mali

Des soldats de la force Barkhane près de leurs blindés à la base de Gao au Mali le 1er novembre 2017 Des soldats de la force Barkhane près de leurs blindés à la base de Gao au Mali le 1er novembre 2017
Manon Joubert | 14 Janvier, 2018, 00:05

Vendredi 12 janvier, le groupe djihadiste d'Adnan Abou Walid Sahraoui, a revendiqué, dans un communiqué rendu publique par l'Agence Nouakchott information (ANI), cette attaque terroriste ainsi que l'attaque qui avait causé la mort de quatre soldats américains et quatre militaires nigériens le 04 octobre 2017.

Une attaque contre un convoi blindé français a blessé trois soldats ce jeudi au Mali.

Barkhane est une opération qui "repose sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne" et "vise en priorité à favoriser l'appropriation par les pays partenaires du G5 Sahel de la lutte contre les Groupes armés terroristes sur l'ensemble de la Bande sahélo-saharienne", écrit sur son site internet le ministère français des armées.

Comme le rappelle Olivier Fourt (RFI), l'attaque a eu lieu le 11 janvier, date anniversaire du lancement de l'opération Serval.

" Un véhicule s'est approché du convoi et s'est fait exploser à proximité d'un VAB (Véhicule de l'avant blindé) ", a précisé le colonel Patrick Steiger, porte-parole de l'État-major.

Le blessé grave a été évacué vers la France et admis dans un hôpital militaire de la région parisienne, les deux autres ont été soignés sur place, a-t-il précisé.

"Les soldats du califat ont attaqué hier jeudi 11 janvier au petit matin une colonne de l'armée française avec un véhicule piégé", indique la groupe, affirmant avoir infligé plusieurs pertes et d'importants dégâts matériels aux troupes françaises.

Les forces maliennes, françaises et de l'ONU sont régulièrement la cible d'attaques malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.