Lundi, 22 Octobre, 2018

La candidature d'Olivier Faure sème la zizanie — Parti socialiste

Le Foll Stéphane Le Foll
Manon Joubert | 11 Janvier, 2018, 00:26

Mais plutôt que de suivre le candidat malheureux dans son mouvement Génération.s, il préfère tenter de changer le PS de l'intérieur.

Il y aussi des candidats potentiels. L'officialisation de la candidature d'un cador - Najat Vallaud-Belkacem en particulier - devait consolider ces bonnes intentions et redonner de l'élan à un parti en léthargie depuis la double claque de la présidentielle et des législatives. Stéphane Le Foll entend ainsi faire évoluer le PS, parti traditionnel mis à mal par les institutions nouvelles comme celle d'Emmanuel Macron. Jusqu'alors, Olivier Faure, qui avait annoncé que son groupe de "quadras" proposerait une candidature commune, semblait soutenir l'ancienne ministre de l'Education. " Depuis que je suis président, la délibération est collective, tous les talents peuvent s'exprimer, toutes les compétences sont valorisées, explique-t-il dans Le Monde daté de mercredi. Je suis candidat pour être le premier responsable du PS". "Personne ne veut de toi", "C'est ce qu'on verra!", se seraient-ils lancés.

27 janvier: Les prétendants au poste de premier secrétaire doivent déposer leur "texte d'orientation", sorte de programme. "Les attentes sont toujours fortes", prévient Stéphane Le Foll.

Pour dissiper son image de vétéran du PS, Le Foll apparaît soucieux d'incarner le renouveau.

Vers une multiplication des candidatures?

Mais alors que Stéphane Le Foll était un membre du premier cercle hollandais, au même titre que Michel Sapin ou François Rebsamen, ce n'était pas le cas d'Olivier Faure. C'est inconcevable qu'au sein de l'axe central du parti il y ait deux candidatures. Luc Carvounas, qui fut proche de Manuel Valls, et Emmanuel Maurel, figure de l'aile gauche du PS, sont également sur les rangs. "Je veux de la clarté", indique-t-il dans Le Figaro.

Le successeur de Jean-Christophe Cambadélis sera connu le 29 mars: les deux candidats, dont les motions seront arrivées en tête lors d'un premier vote le 15 mars, seront départagés par les militants. Rachid Témal, actuel représentant légal du PS et Julien Dray qui a affirmé y penser "pas seulement en se rasant", ne devraient pas tarder à se manifester.