Mercredi, 19 Septembre, 2018

Gobee Bike jette l'éponge à Lille, Reims et Bruxelles — Vandalisme

Nord: Le service Gobee bike jette l'éponge à Lille Les vélos verts Gobee bike quittent Reims
Napoleon Lievremont | 14 Janvier, 2018, 00:07

Si Gobee bike fait machine arrière de façon aussi brutale, c'est à cause du vandalisme qui affecte sa flotte. Après un beau succès à Hong Kong, Raphaël Cohen, le Français à l'origine de la startup, a décidé d'étendre son réseau à l'Europe.

L'annonce a été faite, ce mardi, via une communication laconique envoyée par mail aux abonnés Lillois du service Gobee bike: " Lille, c'est avec tristesse que nous te disons au revoir...

"Les vélos flottants que l'utilisateur peut emprunter et déposer où il le souhaite après avoir au préalable téléchargé une application, semble pourtant promis à un bel avenir, or, en fait, c'est une " bonne mauvaise idée " bien qu'il n'existe pas moins de 30 entreprises de vélopartage en location flottante " free floating", ayant en grande majorité leur siège en Chine. Les utilisateurs seront remboursés de la caution de 15 euros qu'ils ont dû verser.

A Lille, où Gobee.bike s'était lancé avec 500 vélos, La Voix du Nord constate que plus aucun vélo vert n'était disponible depuis plusieurs jours. La raison invoquée par la société: le vandalisme.

"Ces dernières semaines, le vandalisme et les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter" a indiqué l'entreprise hongkongaise dans un communiqué. Ce départ fait suite à de nombreuses dégradations des vélos. "Nous ne pouvons plus supporter ni le coût financier, ni le coût moral des réparations". On aurait pu croire qu'un groupe de personnes mal attentionnées ou la concurrence s'étaient acharnés sur ces vélos. À l'automne, la start-up avait débarqué en France avec des implantations notamment à Lille et à Reims.