Samedi, 20 Octobre, 2018

Critiqué pour des tweets injurieux, un porte-parole de LREM démissionne

Capture d'écran Twitter @Rayan_Nezzar Capture d'écran Twitter @Rayan_Nezzar
Manon Joubert | 09 Janvier, 2018, 01:50

Le porte-parole de La République en marche Rayan Nezzar a démissionné lundi à la suite d'une polémique déclenchée par une série de tweets injurieux envers des responsables politiques et des journalistes remontant à ses années d'étudiant.

Juste avant l'annonce de sa démission, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a dénoncé sur LCI le caractère "très choquant et inacceptable" des messages en question, ajoutant: "La jeunesse et Twitter n'excusent pas tout".

Et pour cause. D'anciens tweets compromettants, publiés en 2012 et en 2013 par celui-ci alors qu'il était étudiant à l'ENA, avaient été exhumés par Buzzfeed.

Dans certains de ces tweets, depuis effacés, Rayan Nezzar injuriait des personnalités comme Valérie Pécresse, Alain Juppé ou encore Jean-François Copé.

"Afin de préserver notre mouvement, mais aussi mes proches, j'ai indiqué à Christophe Castaner ma décision de démissionner de mes fonctions", a finalement annoncé le soir du 8 janvier Rayan Nezzar, qui assure ne pas "minimiser la portée" de ces anciens tweets. Professeur d'économie à l'université Paris Dauphine, il avait depuis exprimé ses regrets. "Je regrette de n'avoir pu montrer l'homme que je suis devenu par mon parcours, par mes valeurs et par mes engagements associatifs, politiques et sociaux", confie Rayan Nezzar. Après avoir présenté des excuses et avoir été défendu par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et le délégué général du parti, Christophe Castaner, en vain, il a décidé de démissionner. Il y accusait notamment Aurore Bergé, ancienne membre de l'UMP, désormais députée LREM, de "débiner des conneries".