Mercredi, 14 Novembre, 2018

Afghanistan : cinq civils tués dans l'attaque d'un hôtel de luxe

L’hôtel Intercontinental de Kaboul a déjà été la cible d’une attaque revendiquée par les talibans en juin 2011 L’hôtel Intercontinental de Kaboul a déjà été la cible d’une attaque revendiquée par les talibans en juin 2011
Manon Joubert | 22 Janvier, 2018, 01:36

"L'attaque est terminée [plus de douze heures après son déclenchement], tous les assaillants ont été tués; 126 personnes ont été secourues, dont 41 étrangers", a-t-il détaillé, en précisant le bilan provisoire de "six morts, dont cinq Afghans et un étranger" - dont la nationalité est encore inconnue.

Samedi, au moins quatre assaillants armés ont pris d'assaut l'hôtel Intercontinental, à Kaboul, l'un des plus grands hôtels de la capitale afghane.

Le dispositif de sécurité dans cet établissement propriété de l'Etat afghan, sans lien avec la chaîne qui gère les hôtels du même nom, avait été revu début janvier, avec une nouvelle compagnie. Avant d'ajouter: "Je suis sorti, mais une centaine de mes collègues et amis sont toujours coincés entre la vie et la mort". Selon une source des services de renseignement afghans, "l'attaque est toujours en cours" plus d'une heure après les premiers tirs survenus peu après 21h00 (18h30 à Paris).

Sur Twitter, des proches angoissés demandaient des nouvelles des leurs. "Priez pour eux s'il-vous-plaît", a posté sur Facebook Aziz Tayeb, client rescapé. "Toute info bienvenue". De Washington, le département d'Etat a appelé à signaler l'éventuelle présence de ressortissants américains.

Selon un voisin de l'hôtel, Abdul Sattar, qui a joint des membres du personnel amis, " les assaillants sont arrivés par le couloir pendant le dîner. "Puis ils ont forcé les chambres, pris des otages avec eux et ouvert le feu sur certains d'entre eux". Plusieurs fortes explosions ont alors été entendues peu après 4 heures 30 (minuit GMT). Puis le jour s'est levé sur Kaboul et sur la façade en partie noircie du bâtiment.

Un comptable de l'hôtel qui s'est échappé grâce à sa connaissance des lieux a mis en cause la sécurité de l'hôtel, affirmant à l'AFP que "les gardes se sont sauvés sans combattre, ils n'ont pas riposté, ils n'avaient aucune expérience".

Depuis, l'hôtel était placé sous haute surveillance, avec accès réservés, vérification des voitures, et portiques de détections aux entrées. L'opération, qui n'a pas été immédiatement revendiquée, intervient après une série d'alertes particulièrement précises, concernant les hôtels et lieux de rassemblement des étrangers à Kaboul, notamment une note publiée jeudi par l'ambassade américaine. Il avait été attaqué pour la dernière fois par les insurgés talibans en 2011.