Samedi, 20 Octobre, 2018

Zimbabwe : l'ex-chef de l'armée nommé vice-président

Zimbabwe: l'ex-chef de l'armée nommé vice-président Zimbabwe : l'ex-chef de l'armée nommé vice-président
Charles Cochet | 31 Décembre, 2017, 00:53

Aucun montant n'a été révélé mais la Constitution du pays stipule qu'un ancien président peut percevoir une retraite équivalente au salaire d'un président en exercice.

En ce qui concerne le transport aérien international, ils auront droit à un maximum de quatre voyages en première classe par année.

Mugabe, qui vit déjà dans un palais à toit bleu à Harare, recevra en outre une allocation de logement à déterminer par Mnangagwa, ou une résidence privée unique acquise ou construite en son nom à n'importe quel endroit de son choix au Zimbabwe, ou le paiement d'une somme forfaitaire égal à la valeur de la résidence privée.

Chiwenga a démissionné de l'armée la semaine dernière, un peu plus d'un mois après que les militaires eurent temporairement pris le contrôle du pays, le 15 novembre, dans un coup de force qui a obligé le président Mugabe à démissionner six jours plus tard.

Mugabe a également droit à une berline (Mercedes Benz série S500 ou une classe équivalente de véhicules à moteur), un break à quatre roues motrices ou équivalent, et une camionnette.

Au Zimbabwe, le nouveau chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa a nommé ses vice-présidents.

Une couverture santé pour l'ancien dirigeant, son épouse et les personnes à leur charge est également inclue dans la liste des avantages. Malgré le coup de force de l'armée, Mugabe a d'abord refusé d'être écarté, et une procédure de destitution parlementaire était en cours quand il a enfin cédé à la pression.

Sa chute a été provoquée par la soif de pouvoir de son épouse, 52 ans, qui voulait le remplacer à la présidence, ce que n'acceptait pas la vieille garde du parti au pouvoir, la Zanu-PF, et l'armée.