Понедельник, 11 Декабря, 2017

Le Time a désigné ses "personnalités de l'année"

Les messages #MeToo #BalanceTonPorc sur la main d'une manifestante contre les violences sexuelles à Paris le 29 octobre Les messages #MeToo #BalanceTonPorc sur la main d'une manifestante contre les violences sexuelles à Paris le 29
Max Fresnel | 07 Декабря, 2017, 00:35

Des premières femmes qui ont révélé l'affaire Weinstein aux milliers de voix qui se sont ensuite élevées, principalement sur internet, pour dénoncer les agressions sexuelles et le harcèlement contre les femmes: le magazine américain Time a décidé de faire de "celles qui ont brisé le silence" la personnalité de l'année 2017.

Sur sa couverture, le magazine a choisi de faire poser l'actrice Ashley Judd, une des victimes de Weinstein, Susan Fowler, l'ingénieure et ancienne employée de Uber qui a fait tomber le patron de l'entreprise en dénonçant le harcèlement sexuel dont elle a été victime en son sein, mais aussi Adama Iwu, une lobbyiste américaine qui a lancé une campagne de dénonciation du harcèlement. "Il a commencé par les actes de courage individuels de centaines de femmes - et de quelques hommes aussi - qui ont fait connaître leur propre histoire", a déclaré le rédacteur en chef de Time, Edward Felsenthal, sur la chaîne NBC. Il y a deux semaines, ce dernier avait suscité la polémique en affirmant avoir été à nouveau pressenti pour cet honneur cette année mais l'avoir décliné.

Le choix de Time reflète l'ampleur des répercussions du mouvement anti-harcèlement aux Etats-Unis et au-delà via les réseaux sociaux, avec notamment #Balancetonporc ou #YoTambien.

Depuis les premières accusations publiées par le New York Times et le New Yorker, début octobre contre l'ex tout-puissant producteur de cinéma américain, de multiples révélations ont secoué la planète. Il n'a pas été inculpé pour l'instant, même si des enquêtes criminelles ont été ouvertes à New York, Los Angeles et Londres.

L'homme politique ultra-conservateur Roy Moore, candidat républicain à une élection sénatoriale dans l'Alabama mardi prochain, accusé par plusieurs femmes d'attouchements dans les années 1970 et 1980, a reçu en revanche le soutien du président Donald Trump.