Mercredi, 19 Septembre, 2018

Le Maroc, porte d'entrée pour le marché africain — Transport électrique

S.M. le Roi reçoit à Casablanca le président du groupe chinois Le constructeur automobile chinois BYD va s'installer au Maroc
Napoleon Lievremont | 11 Décembre, 2017, 00:23

Le document prévoit également la construction à terme de trois autres usines, l'une de batteries électriques, l'autre de bus et camions électriques et la dernière pour fabriquer des trains électriques.

Le très actif ministre marocain précise que ce projet a été rendu possible grâce à plusieurs facteurs, notamment la visite royale en Chine, en mai 2016, au cours de laquelle plusieurs accords de coopération ont été signés. Le Royaume, qui veut se positionner comme une destination incontournable dans le secteur de l'automobile en Afrique, semble ainsi devenir une plateforme compétitive notamment avec l'arrivée massive de capitaux chinois, notamment au mois de juillet dernier, dans le secteur industriel, pour la concrétisation de 4 projets d'investissement majeurs.

Ce projet précurseur de BYD, qui introduit de nouvelles spécialisations dans le Royaume, inscrit résolument le Maroc dans la dynamique à l'œuvre au niveau mondial consistant à développer de nouvelles formes de transport alliant efficacité et respect de l'environnement, a souligné le ministre.

A cette occasion, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a présidé la cérémonie de signature du protocole d'accord relatif au développement d'un écosystème de transport électrique au Maroc par le groupe chinois "BYD Auto Industry ". Et c'est bien le Maroc qui ouvrira la voie à cette industrie vers le continent.

Le président du groupe "BYD Auto Industry", M. Wang Chuanfu a, pour sa part, salué l'excellence des relations sino-marocaines, mettant en exergue l'ensemble des solutions de transport électrique développées par son groupe.

Fort de ces deux premiers piliers, le Royaume s'est engagé sur le chemin d'une industrialisation soutenue, à travers la mise en place de plans industriels successifs, qui ont favorisé l'implantation de grands noms, tels que Renault, Bombardier, Peugeot, Boeing et tous les autres, qui ont fait du Maroc une de leurs bases de production, a poursuivi le ministre, notant qu'en plus des métiers traditionnels, le tissu industriel national s'est enrichi par de nouveaux secteurs, tels que l'automobile et l'aéronautique. Il a été signé par MM.