Понедельник, 11 Декабря, 2017

Emmanuel Macron torpille l'audiovisuel public : "la honte de la République"

Une famille regarde France Télévisions le soir de l'élection d'Emmanuel Macron à Hédé-Bazouges en Ille-et-Vilaine le 7 mai 2017 Une famille regarde France Télévisions le soir de l'élection d'Emmanuel Macron à Hédé-Bazouges en Ille-et-Vilaine le 7 mai 2017
Manon Joubert | 06 Декабря, 2017, 00:21

Emmanuel Macron à Paris, le 4 décembre 2017. Le président aurait déclaré que ce dernier serait "la honte de la République" rapporte L'Express.

Lundi, le président de la République Emmanuel Macron recevait à l'Elysée les députés de la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale. Et devant 70 personnes, relate L'Express, il s'est livré à un véritable procès de l'audiovisuel public.

Selon toujours l'hebdomadaire, le chef d'Etat a pointé du doigt non seulement "la mauvaise gestion, le gaspillage, la médiocrité des programmes et des contenus' mais aussi 'les relations malsaines entre l'audiovisuel et ses partenaires extérieurs (animateurs, producteurs, etc)". Dans sa ligne de mire aussi: le mode de désignation des présidents des chaînes par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), lesquels n'ont de compte à rendre à personne. Il met en parallèle les propos tenus par le chef de l'Etat avec les critiques adressées par Jean-Luc Mélenchon aux journalistes pour leur manque supposé de déontologie.

Avis de tempête sur l'audiovisuel public. Fin novembre, les journalistes de France Télévisions étaient montés au créneau pour protester contre la perspective d'une réduction de la fréquence de diffusion des magazines d'information "Envoyé spécial" et "Complément d'enquête" sur France 2.