Понедельник, 11 Декабря, 2017

Bataclan : la victime imaginaire bientôt jugée Bataclan : la victime imaginaire bientôt jugée

Au moment de la fusillade au Bataclan Cédric se trouvait le long de l'autoroute A13 Au moment de la fusillade au Bataclan Cédric se trouvait le long de l'autoroute A13
Manon Joubert | 02 Декабря, 2017, 00:54

Il disait avoir survécu aux attentats du 13 novembre par miracle.

Après l'attaque du Bataclan, Cédric Rey avait témoigné dans de nombreux médias mais aussi sur Facebook en racontant "sa nuit ". La téléphonie a permis d'établir que le 13 novembre, lors des premiers tirs de kalachnikovs, Cédric R. n'était pas dans le 11e mais dans les Yvelines, à une trentaine de kilomètres de là. Il racontait avoir bu un verre avec des amis quand il a vu arriver les tireurs et avoir vu une femme enceinte tuée ce soir-là près de lui, une personne "qui a pris les balles qui m'étaient destinées ", dira-t-il. Intégré dans les groupes de victimes, il avait été de longues semaines en arrêt maladie.

Les enquêteurs s'étaient intéressés à son cas un an après: il n'avait pas porté plainte et des incohérences avaient été relevées dans son récit, notamment le fait qu'aucune femme enceinte n'avait perdu la vie ce soir-là, selon une source proche du dossier. Vendredi, un employé de la sécurité civile a écopé de 6 mois de prison ferme pour "tentative d'escroquerie" auprès du Fonds de garantie des victimes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI). Mais les juges ont estimé que ce sapeur-pompier volontaire et formateur en secourisme, qui résidait depuis plusieurs mois en Nouvelle-Calédonie avant cette comparution, devait bénéficier d'une nouvelle expertise psychiatrique et une expertise psychologique. Début 2016, celui-ci n'avait pas donné suite à sa demande faute de pièces suffisantes bien que des témoins aient signalisé sa présence à proximité du Bataclan vers minuit, près de deux heures après le début des tueries.