Mercredi, 14 Novembre, 2018

Au Niger, Emmanuel Macron veut des "victoires claires contre les terroristes"

Au Niger, Emmanuel Macron veut des Au Niger, Emmanuel Macron veut des "victoires claires contre les terroristes"
Napoleon Lievremont | 27 Décembre, 2017, 00:44

Après avoir salué les troupes françaises au Niger, le président français Emmanuel Macron a insisté samedi sur la nécessité de soutenir le développement des pays du Sahel, indispensable pour stabiliser cette région à long terme. Si aucun militaire ne se fait d'illusion sur la possibilité du G5 Sahel d'agir vite seul, sans les appuis aériens, logistiques et de planification des forces françaises, l'Elysée déclare faire tout son possible "pour que ça marche " et évoque une dynamique positive entre les chefs d'Etat des cinq pays.

"La sécurité, la démocratie et le développement sont ensemble une réponse" à cette situation difficile liée "à la pauvreté, l'insécurité et le déficit démocratique", a résumé M. Issoufou au cours d'une conférence de presse.

Dans ce but, "la France est prête non seulement à maintenir, mais aussi, si besoin était, à renforcer son engagement dans la région, parce que le combat contre le terrorisme au Sahel est essentiel", a ensuite expliqué Emmanuel Macron.

Macron se trouve depuis vendredi dans la capitale nigérienne où il a réveillonné par anticipation avec les centaines de militaires français déployés dans le cadre de l'opération Barkhane pour combattre le terrorisme au Sahel.

Ce programme permettra de financer des allocations familiales qui seront notamment conditionnées à la scolarisation des enfants, et notamment des filles.

Le problème est particulièrement aigu au Niger, où "la démographie est un défi terrible pour le peuple nigérien", a rappelé M. Issoufou, avec un taux de progression de sa population de 4% par an à raison de plus de sept enfants par femme (record mondial). Le président indique qu'à ce rythme, sa population doublera tous les 18 ans.

Lutter contre la démographie galopante est, selon lui, l'un des moyens de lutter à la fois contre les migrations et contre la menace des groupes armés, notamment jihadistes. "Et c'est s'assurer que le chef d'état major puisse disposer des forces qui correspondent aux engagements pris".