Lundi, 18 Juin, 2018

Attention à l'intoxication aux métaux lourds — Grossesse

Pollution : les femmes enceintes françaises surexposées à l'arsenic et au mercure Attention à l'intoxication aux métaux lourds — Grossesse
Marie-Paule Arceneaux | 21 Décembre, 2017, 01:00

"Comparé aux autres pays, les femmes enceintes en France sont plus imprégnées" par des polluants, ont conclu les scientifiques de Saénté publique France qui ont mené une étude auprès de plus de 4 000 femmes ayant accouché en 2011. Ils seraient dangereux pour leur santé ainsi que pour celle des futurs bébés. Pour le plomb, une soixantaine de femmes avaient des concentrations supérieures au seuil de 25 µg/l de sang de cordon, dont 15 à plus de 50 µg/l car elles utilisaient des plats en céramique artisanale ou utilisaient des cosmétiques contenant ce métal lourd.

En France, de nombreux métaux lourds ont été retrouvés dans l'organisme de femmes enceintes.

Le taux de nickel était par exemple de 99%, tandis que ceux du chrome et du vanadium atteignaient 96%.

Ainsi a-t-on trouvé du mercure dans 91 % des échantillons de cheveux. Des substances cancérogènes ou suspectées d'être des perturbateurs endocriniens.

Arsenic-cancer
Attention à l'intoxication aux métaux lourds — Grossesse

A quoi est due la présence de ces métaux?

Ces résultats complètent ceux du tome 1 concernant les polluants organiques. Cela s'expliquerait par des différences de comportement notamment au niveau de la consommation de produits de la mer et du tabagisme. L'alimentation est également un facteur extrêmement important. L'arsenic a potentiellement pour origine les poissons et crustacés, le tabac, les pesticides, les additifs alimentaires ou les produits pharmaceutiques. La consommation importante de ces aliments peut expliquer cette exposition.

Ces résultats préoccupants sont issus du volet périnatal du programme national de biosurveillance que les ministères de la santé et de l'environnement ont demandé à Santé publique France de mettre en œuvre, considérant que " la connaissance des niveaux d'exposition des femmes enceintes [aux polluants de l'environnement] et le mode d'imprégnation sont des enjeux majeurs de santé publique ".

Bien que manquant encore de connaissances fondamentales sur le risque réel, les autorités ont, pour certains produits, déjà pris des mesures de limitation, voire d'interdiction. Il s'agissait du bisphénol A, des phtalates, du PCB, de composés perfluorés ou encore de pesticides.