Vendredi, 20 Juillet, 2018

Zimbabwe: la confusion règne alors que l'armée dément tout coup d'Etat

Des chars de combat sillonnent les rues de Harare Un coup d'Etat militaire en cours au Zimbabwe ?
Manon Joubert | 16 Novembre, 2017, 01:48

Dans une intervention télévisée l'armée a indiqué vouloir agir contre "des criminels" proches du président Mugabe, précisant qu'il ne s'agit pas d'un coup d'état mais d'une opération qui prendra fin lorsque l'objectif sera atteint.

" Le président Zuma s'est entretenu plus tôt aujourd'hui avec le président Robert Mugabe, qui lui a dit qu'il était détenu à son domicile mais a ajouté qu'il allait bien", a annoncé la présidence sud-africaine dans un communiqué.

Plusieurs témoins locaux cités par la presse ont notamment dit avoir vu des véhicules blindés se diriger vers Harare, allant jusqu'à suggérer l'imminence d'un coup d'Etat, sans que ces informations ne soient jamais confirmées. Et par la volonté de l'armée de préserver la réputation de sérieux du Zimbabwe, car un putsch est une "première" dans ce pays qui a longtemps été un des succès du continent.

Le ministre des Finances, Ignatius Chombi, le porte-parole des jeunes du parti au pouvoir, Kudzai Chipanga et de nombreuses autres personnalités ont été arrêtées.

Mercredi matin, des soldats empêchaient les véhicules de passer devant le Parlement, selon le journaliste de l'AFP. Le personnel de l'ambassade continuera de suivre la situation de près. Dès que nous aurons accompli notre mission, nous pensons que la situation reviendra à la normale. Le chef de l'armée, le général Constantino Chiwenga, a averti lundi que l'armée n'hésiterait pas à intervenir pour " protéger la révolution ". Entre-temps, Mugabe fait preuve d'une méthode qui deviendra une habitude pour se maintenir au pouvoir: en 1982, il accuse son ancien compagnon de lutte, devenu son ministre de l'Intérieur, Joshua Nkomo, de complot.

Des officiers ont démenti ce mercredi matin 15 novembre à la télévision publique qu'un coup d'Etat soit en cours au Zimbabwe.

Toutes les permissions ont été annulées et les soldats ont reçu l'ordre de rentrer immédiatement dans leur caserne. Quelques heures, le général Sibusiso Moyo, un des hauts responsables de l'armée, est apparu à la télévision nationale. A 93 ans, Robert Mugabe, qui fait face à des critiques concernant la situation économique de son pays, a été investi par son parti pour la présidentielle de 2018.

La première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe qui était préssentie pour la succession de son mari a quitté son pays, est annoncée se trouver actuellement en Namibie.