Lundi, 20 Novembre, 2017

Zidane à la tête des Bleus, Le Graët n'y pense même pas

N. Sliti N. Sliti
Mickael LaFromboise | 01 Novembre, 2017, 00:37

Cette décision apparaissait elle-même probable depuis plusieurs semaines, Noël Le Graët, le président de la FFF, ayant régulièrement rappelé sa volonté de prolonger ce contrat avant la Coupe du monde.

L'ancien entraîneur de Monaco, de la Juventus Turin et de Marseille avait succédé à Laurent Blanc à l'issue de l'Euro 2012 et a atteint les quarts de finale du Mondial 2014 au Brésil (défaite contre l'Allemagne 1-0) et la finale de l'Euro 2016 dans l'Hexagone, perdue contre le Portugal après prolongation (1-0). Un mois plus tard, l'attaquant français était mis en examen dans le cadre de l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena et n'a dès lors plus été convoqué par Didier Deschamps, même après la levée de son contrôle judiciaire en juillet dernier. Début octobre, il a validé une nouvelle qualification pour la Coupe du monde, après deux succès en Bulgarie (1-0) puis contre la Biélorussie (2-1).

L'aventure entre l'équipe de France et Didier Deschamps va se poursuivre. "Il est intégré à la Fédération, il travaille énormément", a encore loué le président Le Graët. Par conséquent, le parcours des Bleus au Mondial ne sera déterminant pour l'avenir du sélectionneur, ce qui n'empêche pas Noël Le Graët de fixer des objectifs élever pour 2018.

" Bien sûr que j'ai envie de revenir en équipe de France!" Ce n'est pas du confort, c'est respecter son travail. Il est à la tête des Bleus depuis l'été 2012.