Jeudi, 20 Septembre, 2018

Une deuxième victime présumée décrit des heures de sévices — Affaire Ramadan

Affaire Ramadan une des accusatrices sous protection policière EN VIDEO - "Plus je hurlais, plus il cognait", raconte une victime présumée de Tariq Ramadan
Manon Joubert | 23 Novembre, 2017, 00:18

Henda Ayari, première femme à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan pour "viol" prend la parole, lundi 30 octobre, dans Le Parisien.

Son témoignage est accablant. Leurs conversations sont cordiales, ils parlent travail et religion. Elle raconte aussi qu'elle était "sous l'emprise mentale" de Tariq Ramadan et que celui-ci l'avait "menacée de représailles" ou de "s'en prendre à ses enfants". Le prédicateur suisse l'aurait alors fait monter dans sa suite. La victime présumée explique avoir perdu connaissance puis avoir été réveillée par la douleur: "L'instinct de survie m'a fait comprendre qu'il fallait faire profil bas". Christelle comme nous l'appellerons, est une jeune convertie à l'islam quand elle contacte Tariq Ramadan via les réseaux sociaux en 2009. Cette dernière accepte, et c'est alors que le calvaire commence: "Il était dans mon dos et quand je me retourne, ce n'est plus la même personne que j'ai en face de moi". "J'avais l'impression d'avoir docteur Jekyll et M. Hyde". Il avait un regard de fou, terrifiant, la mâchoire serrée. Et là, il me donne un coup dans la béquille, il me fait tomber et il me récupère par les cheveux. Christelle décrit ensuite un véritable "enfer": des coups, des insultes, des violences sexuelles, "des mots ignobles, d'une vulgarité sans nom". "Plus je hurlais, plus il cognait", développe-t-elle encore.

Selon elle, les sévices auraient duré "des heures". Le calvaire se serait poursuivi après les faits présumés. Son avocat rappelle par ailleurs que la menace de mort "matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet" est punissable de trois ans de prison (source legifrance). C'est le témoignage de Henda Ayari qui l'aurait convaincue à l'idée de déposer plainte à son tour. Elle l'accuse d'agression sexuelle et de viol.