Mercredi, 25 Avril, 2018

Renault signe un partenariat pour assembler des voitures au Pakistan

Comment Renault veut conquérir le Pakistan Le groupe Renault veut s'installer sur le marché pakistanais
Manon Joubert | 23 Novembre, 2017, 00:13

Un marché au fort potentiel, avec ses 200 millions d'habitants et son taux d'équipement extrêmement faible: à peine 16 véhicules pour 1.000 habitants, contre 600 dans un pays comme la France. Et se dote de moyens pour y parvenir. De son côté, Al-Futtaim, à travers sa nouvelle filiale Al-Futtaim Automotive Pakistan (Private) Limited, établira une nouvelle usine de fabrication et d'assemblage et distribuera en exclusivité les véhicules Renault en s'appuyant sur sa parfaite connaissance du marché.

Présent dans 4 secteurs d'activités (Services financiers, Immobilier, Retail et donc automobile), Al-Futtaim distribue un nombre important de marques automobiles dans la région et notamment Toyota, Honda, Jeep, Ford, Dodge, Volvo, Nissan, Suzuki, Lotus, Man, Mazda, et bien d'autres.

La construction de l'usine, aux standards du groupe Renault mais propriété d'Al-Futtaim, doit commencer au premier trimestre 2018 à Karachi. Cette entreprise est basée à Dubaï, là où se situe également le siège de la région Afrique Moyen-Orient Inde de Renault. Le constructeur français a annoncé lundi avoir signé un accord avec le groupe émirati Al-Futtaim pour construire une usine d'assemblage de véhicules au Pakistan. Les premières ventes sont prévues pour 2019. L'internationalisation du constructeur est l'une des priorités du plan stratégique "Drive the future", présenté début octobre: alors que Renault est aujourd'hui exposé à moins de 50% aux marchés non-européens, il vise une contribution de plus de 60% de ces régions à ses ventes à l'horizon 2022.

Le losange continue son implantation dans les pays émergents en annonçant son entrée sur un marché assez particulier, le Pakistan, et ceci par le biais d'un associé "Al Futtaim Motors" distributeur exclusif de Toyota sur certains marchés du Golf.