Понедельник, 11 Декабря, 2017

Les professionnels exposés à 60 substances chimiques préoccupantes — Ongleries

Image d'illustration d'une esthéticienne Image d'illustration d'une esthéticienne
Marie-Paule Arceneaux | 24 Ноября, 2017, 01:11

Au vu du grand nombre de substances auxquelles sont exposés les professionnels, l'Agence émet une série de recommandations à destination des différents acteurs concernés: les metteurs sur le marché, les professionnels du secteur, les pouvoirs publics, les institutions et organismes de recherche et de prévention.

Deux mois plus tard, c'était au tour de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Afssaps) de tirer aussi la sonnette d'alarme en s'inquiétant cette fois-ci des risques pour les clientes qui se faisaient poser des faux ongles.

Comme pour toute activité professionnelle utilisant des produits chimiques, l'exposition des professionnels du soin et de la décoration de l'ongle pose question. L'Anses leur demande de contrôler que l'évaluation des risques des professionnels est bien réalisée par les metteurs sur le marché et qu'elle est systématiquement prise en compte dans les évaluations de sécurité chimique des ingrédients cosmétiques par le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs.

"Réalisés par des prothésistes ongulaires et des esthéticiennes, ces soins ont connu un essor spectaculaire ces dernières années: "pose de vernis classique ou semi-permanent, manucure, pose de faux ongles (avec des gels ou des résines) et techniques de décoration (" nail art ").

Selon l'enquête des experts de l'Anses, " 696 substances ont été identifiées dans la composition des produits utilisés ou dans les atmosphères de travail ". Soixante sont jugées "très préoccupantes" et figurent dans la classe de danger la plus élevée: elles sont classées cancérogènes, mutagènes et toxique pour la reproduction, ou inscrites sur une liste de perturbateurs endocriniens potentiels. Parmi les pathologies les plus fréquemment diagnostiquées, l'Anses recense les affections cutanées (dermatites allergiques de contact), les affections des voies respiratoires et ORL (asthmes), les céphalées et les troubles musculo-squelettiques (TMS). Les concentrations en CO (s) V pris individuellement sont cependant faibles, comparées à celles généralement mesurées sur des sites industriels.

Les professionnels de ce secteur sont aussi exposés à des particules provenant d'opérations de ponçage de l'ongle et des résines.

Enfin, les résultats de la campagne de mesures montrent également que les mesures de protection pour la prévention du risque chimique telles que la ventilation générale, la ventilation localisée de type table aspirante, le port de gants et de masques de protection contre les poussières, sont peu mises en œuvre par ces professionnels.

Au premier rang des accusés, la famille des (méth) acrylates, substances utilisées dans les produits de façonnage des ongles artificiels (gel, résine).

Elle préconise également " de rendre obligatoire une formation diplômante harmonisée ", comprenant " un module sur la prévention des risques et les bonnes pratiques de travail ".