Вторник, 24 Апреля, 2018

Le FN perd un de ses députés, rallié à Philippot

UN DÉPUTÉ FRONT NATIONAL REJOINT PHILIPPOTUN DÉPUTÉ FRONT NATIONAL REJOINT PHILIPPOT UN DÉPUTÉ FRONT NATIONAL REJOINT PHILIPPOTUN DÉPUTÉ FRONT NATIONAL REJOINT PHILIPPOT
Manon Joubert | 28 Ноября, 2017, 00:49

C'est José Evrard, qui est député du Pas-de-Calais, qui m'a annoncé qu'il quittait le Front national et rejoignait les Patriotes.

"Elle a essayé de m'appeler, concède José Evrard, mais je ne lui ai pas répondu!"

Elu député en juin dernier sous les couleurs du Front National, José Evrard a donc décidé de rejoindre le mouvement lancé en septembre par Florian Phlippot. Et d'ajouter: "Nous aurons donc avec José un représentant à l'Assemblée nationale". "Il est une règle selon laquelle les chefs de parti ayant une représentation nationale participent à ces consultations, désormais le critère est rempli pour les Patriotes", indique Florian Philippot, qui ajoute "si José est libre ce jour-là, il sera le bienvenu"! "Depuis plusieurs semaines nous avions noté une très forte baisse de son activité à l'Assemblée nationale. Il semblerait qu'en réalité de basses raisons politiciennes en étaient la principale cause", écrit Chenu, député du Nord. "M. Evrard, avec ce départ, trahit les électeurs du bassin minier qui avaient évidemment voté davantage pour le Front national que sur son seul nom. Cette trahison impardonnable s'explique certainement par l'alignement des positions de M. Philippot sur celles de Jean-Luc Mélenchon avec lequel il a exprimé, à plusieurs reprises, le souhait de vouloir travailler", attaque-t-il encore. Mais il avoue n'avoir pas prévenu Marine Le Pen qui a donc appris sa défection par la presse. Pour Les Patriotes, le nouveau parti de Florian Philippot, c'est un ralliement. Il devrait donc continuer d'être assis au côté de ses anciens collègues de parti. Il a aussi été permanent du parti à Lens, avant de claquer la porte et rejoindre le FN dans sa région ravagée par la désindustrialisation. Si l'ex-candidate à la présidentielle n'a pas de challenger pour le prochain congrès de mars, la défiance à l'égard de son leadership ne se dissipe pas depuis le scrutin de mai.