Lundi, 20 Novembre, 2017

Le Cameroun aussi met en application la libre circulation — CEMAC

Programme du sommet des Chefs d'Etat de la CEMAC Ndjamena 2017 CIN Programme du sommet des Chefs d'Etat de la CEMAC Ndjamena 2017 CIN
Napoleon Lievremont | 03 Novembre, 2017, 00:17

Il s'agit, note-t-on, de l'application des instructions des chefs d'État contenues dans l'Acte additionnel du 25 juin 2013, consacrant la libre circulation des personnes et des biens dans l'espace communautaire en faveur des ressortissants desdits pays. Si la libre-circulation au sein de l'ensemble de l'espace n'est pas encore possible, c'est avant tout en raison des différentes crises sécuritaire que connaît la sous-région, au premier chef desquelles l'insurrection menée par Boko Haram dans le bassin du lac Tchad.

Afin de favoriser un financement autonome plus efficace de la Commission de la Cemac et de ses institutions spécialisées, le Conseil des ministres de l'Union monétaire de l'Afrique centrale (Umac), qui s'est réuni à Ndjamena le 29 octobre dernier, avant le sommet extraordinaire des chefs d'Etat du 31 octobre 2017, a préconisé la mise en œuvre du mécanisme du "débit automatique", afin que les Etats n'accumulent plus les arriérés de contributions, révèle le communiqué ayant sanctionné les travaux.

Les ressortissants du Congo, du Gabon, de la République centrafricaine, du Tchad et de la Guinée équatoriale, ne sont plus soumis à l'obligation de visa d'entrée ou d'autorisation de sortie pour tout séjour ne dépassant pas trois mois en territoire camerounais.

Cela fait plusieurs années que les pays de la zone CEMAC ont accepté le principe de la libre circulation, mais l'effectivité de cette mesure était sans cesse retardée, essentiellement du fait que certains pays redoutaient ses impacts négatifs. Cependant, le Tchad et le Cameroun ont pris les devants et mis en place la libre-circulation des biens et des personnes entre les deux Etat par le biais d'un accord bilatéral, qui pourrait aider à concrétiser les choses.