Lundi, 11 Décembre, 2017

L'anthropologue et féministe Françoise Héritier est décédée à l'âge de 84 ans

AFP                       Françoise Héritier faisait remonter les origines de la domination masculine à la préhistoire AFP Françoise Héritier faisait remonter les origines de la domination masculine à la préhistoire
Max Fresnel | 16 Novembre, 2017, 02:08

Françoise Héritier, un des très grands noms de l'anthropologie française, est morte à l'âge de 84 ans, a-t-on appris hier auprès de son éditrice Odile Jacob. Cette scientifique, deuxième femme à enseigner au Collège de France, était une passionnée des revendications d'égalité.

Françoise Héritier a été présidente du Conseil national du sida de 1984 à 1995, ainsi que membre du Conseil consultatif national d'éthique. Mais il n'est jamais dit qu'une femme ne peut pas épouser tel ou tel homme.

Née en 1933 à Veauche, un petit village dans la Loire, Françoise Héritier arrive à Paris en 1946 pour étudier au lycée, puis à la Sorbonne. Elle entre au CNRS en 1967 et poursuit ses travaux de recherche en tant que directrice d'études à l'EHESS. Professeure au Collège de France (où elle remplaça Claude Lévi-Strauss), elle venait de recevoir le prix spécial Femina pour l'ensemble de son œuvre et donnait de nombreuses interviews pour la sortie de son dernier livre.

"Elle prononce sa leçon inaugurale le 25 février 1983, intitulée " Étude comparée des sociétés africaines ". "Cependant, j'ai souvent senti, derrière la courtoisie, quelque chose de l'ordre de la condescendance".

Françoise Héritier, qui avait soutenu Martine Aubry en 2011, avant de voter François Hollande lors de la présidentielle de 2012, s'était opposée au port du voile à l'école: "à partir du moment où on commence à revendiquer un apartheid, on travestit complètement les lois républicaines". "Elle aime trop la vie pour se morfondre", avait écrit en 2009 Michel Winock dans la revue L'Histoire, soulignant son caractère "optimiste".

Elle a également dirigé le laboratoire d'anthropologie sociale, travaillant toute sa vie sur la construction de la hiérarchie entre le masculin et le féminin.