Понедельник, 11 Декабря, 2017

La Haye : Un accusé avale du poison en pleine audience au tribunal

Ancien officier supérieur de l'armée croate Slobodan Praljak 72 ans ZOOM Ancien officier supérieur de l'armée croate Slobodan Praljak 72 ans. Robin Van Lonkhuijsen AFP
Manon Joubert | 30 Ноября, 2017, 21:36

Le suicide en direct de l'ancien général croate Slobodan Praljak en pleine audience du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), au moment où les juges confirmaient la peine de 20 ans de prison pour ses crimes de guerre en Bosnie-Herzégovine, a provoqué un choc en Croatie.

Juste avant de se donner la mort, Praljak a crié: "Slobodan Praljak n'est pas un criminel de guerre! Je rejette votre verdict".

Habituellement considérée comme un lieu où on rend justice, la salle d'audience du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye est devenue une " scène de crime ", a déclaré le juge président Carmel Agius. "Mon client a pris du poison ce matin ", a ensuite expliqué l'avocate de la défense, Natasa Faveau-Ivanovic. Une enquête a été ouverte par la police néerlandaise.

Ingénieur devenu directeur de théâtre, Slobodan Praljak n'était pas un militaire à l'origine, mais la guerre venue, il a vite gravi les échelons des forces croates.

Cet incident inédit s'est produit alors que le tribunal de La Haye jugeait six ex-dirigeants et chefs militaires des Croates de Bosnie, accusés notamment de crimes de guerre pendant le conflit croato-musulman qui a éclaté durant la guerre en Bosnie. L'énoncé du jugement contre les six accusés a repris dans une autre salle.

La république autoproclamée d'Herceg-Bosna, dont Jadranko Prlic a été le Premier ministre, avait pour but de regrouper les régions à majorité croate avec pour capitale Mostar. "Ils ont été violés", leurs "maisons et mosquées détruites", avait-elle poursuivi.