Samedi, 20 Janvier, 2018

Argentine: Le sous-marin toujours introuvable

Argentine : des appels émis depuis le sous-marin mystérieusement disparu Une opération internationale pour localiser et secourir le sous-marin argentin
Manon Joubert | 20 Novembre, 2017, 00:38

Photo du sous-marin San Juan prise en 2014 à Buenos Aires. Est-il en immersion avec son système de propulsion en état de fonctionnement, ou à la dérive?

"La brièveté des communications indique qu'ils avaient un très mauvais signal et cela va compliquer la triangulation nécessaire pour la géolocalisation", a tempéré le porte-parole de la marine argentine, Enrique Balbi.

Dimanche, les équipes de recherche avaient quadrillé environ 80% de la zone dans laquelle le sous-marin serait susceptible de se trouver.

"Nous n'écartons aucune hypothèse", a déclaré à plusieurs reprises le porte-parole de la marine argentine.

Samedi après-midi, un navire britannique avait complété le dispositif de recherche composé d'une dizaine de navires, dont deux bateaux océanographiques.

Parmi l'équipement figure une Submarine Rescue Chamber qui permet de secourir des personnes jusqu'à plus de 600 mètres de profondeur.

"Nous sommes en contact avec les familles de l'équipage, pour les informer et les soutenir". Les autorités argentines ont lancé une alerte aux navires naviguant dans la région.

Le bâtiment, parti d'Ushuaïa, à la pointe sud du continent américain, était en route pour son port d'attache de Mar del Plata.

En constatant la rupture de contact avec sa base, le submersible aurait dû remonter à la surface ou activer une balise radio d'urgence, selon le protocole.

A bord du San-Juan se trouve Eliana Krawczyk, 35 ans, devenue en 2012 la première femme d'Amérique latine officier de sous-marin.

Les recherches se poursuivent pour retrouver le sous-marin militaire argentin San Juan, qui n'a plus donné signe de vie depuis le 15 novembre dernier. Son arrivée était prévue pour la semaine prochaine. Il dispose à bord de 15 jours supplémentaires de vivres et d'oxygène.

"Nous sommes tous angoissés, mais nous gardons espoir".

"Ils sont dehors! Grâce à Dieu, nous sommes heureux", a réagi Claudio Rodríguez, frère de Hernán, machiniste du San Juan.