Vendredi, 15 Décembre, 2017

Taxe foncière : les plus fortes hausses et les baisses dans nos départements

Taxe foncière L'UNPI publie son observatoire sur l'évolution de la taxe foncière en France
Napoleon Lievremont | 13 Octobre, 2017, 01:03

L'étude de l'UNPI a établi l'évolution du montant de la taxe foncière dans les principales agglomérations françaises et a identifié une tendance: une forte hausse a été enregistrée entre 2011 et 2016. La hausse de la taxe foncière est donc "quatre fois et demie supérieure à l'inflation constatée entre octobre 2011 et octobre 2016", ajoute l'UNPI. Si les villes et les départements se montrent un peu moins gourmands, il ressort qu'en 5 ans, la taxe foncière a augmenté 4,5 fois plus vite que l'inflation (estimée par l'INSEE à 3,03 % sur la période) et 3,5 fois plus vite que les loyers (3,76 % selon l'observatoire Clameur).

Certains propriétaires sont plus mal lotis que d'autres. Donc, afin de boucler leur budget, les collectivités locales qui perçoivent les taxes d'habitation pour le résiduel et puis les taxes foncières vont devoir augmenter leur taux pour boucler les budgets et donc le porte-monnaie des propriétaires sera la variable d'ajustement des budgets locaux. Sans grande surprise, l'impôt payé par les propriétaires d'un bien immobilier s'est encore envolé, bondissant de 14% entre 2011 et 2016. Viennent ensuite Argenteuil (+ 23,30%), Nantes (+ 20,75%), Créteil (+ 20,43%) et Saint-Denis (+ 20,37%). A l'inverse, l'augmentation la plus modérée est à Saint-Etienne (+6,4%), suivi de près par Nice (+6,5%), Asnières (+7,5%) et Paris (+8,4%). Mais ils avaient dit: "On n'augmentera pas les taux d'imposition et on compte sur l'État pour combler ce vide".

L'Observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties en est à sa 11eme édition. "Sans compter qu'indépendamment des taux, les valeurs locatives (assiette de l'impôt) sont révisées chaque année en fonction d'un coefficient de majoration fixée par la loi de Finances".